Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Le balcon de l’Hôtel de Ville d’Obernai

15 Décembre 2013 , Rédigé par PiP, vélodidacte Publié dans #lieu

Dès 1330, la Laube est le lieu de juridiction de la cité d’Obernai. La justice y est rendue, les affaires communales sont traitées. La Laube est en quelque sorte la première mairie de la Ville Impériale.
1370 - pierre de fondation de ce premier édifice
1462 - travaux d’agrandissement
En 1523, l’ aile nord-est est construite. Elle sert de greffe à la Ville et on retrouve la date sur une des fenêtres. L’intérieur du bâtiment est particulièrement soigné. Boiseries, peintures murales. Martin Kurezl est chargé des vitraux de la salle des délibérés. On lui doit le vitrail de Niedermunster.
Fin du seizième siècle, période d’opulence, pour Obernai. La cité fait couronner le Kappelturm, son beffroi emblématique, en 1597. Les bourgmestres font appel à Georg Wildemann qui dessine l’élégante balustre de grès jaune qui domine la ville.

Le balcon à garde-corps

Visiblement satisfaits du travail accompli, les quatre bourgmestres Johann Rusz et Andresz Peimbel, représentants des vignerons, Johann Muszer et Michel Gysz, tonneliers, rappellent le même tailleur de pierre Georg Wildemann en 1604 lorsqu’il s’agit d’embellir l’hôtel de ville. Façade nord, coté est, Georg crée le balcon à garde-corps sculpté porté par neuf consoles. D’importants travaux intérieurs, lambris de la salle du premier étage, vitraux, peintures murales sont entrepris dans les années qui suivent.
La façade porte les emblèmes des dix Villes de la Décapole ( Melchior Beutel ), ainsi qu’un cadran solaire réalisé par un certain Miller.

Le balcon de l’Hôtel de Ville d’ObernaiL’image la plus ancienne que nous ayons retrouvé de l’Hôtel de Ville est le dessin réalisé à la plume par Augustin Güntzer vers 1660. Le potier d’étain obernois représente la place du marché, avec l’Ehn qui partageait la place en deux, la Halle aux Blés, les poêles des corporations. Dans le coin supérieur gauche, l’hôtel de ville est représenté côté sud… on ne voit pas le balcon de Wildemann, mais seulement les arcades romanes du rez de chaussée et l’étage à colombages.

( lire notre article consacré à la vie étonnante d’Augustin ).

En 1836, Louis Laurent-Atthalin nous propose une vue plus complète dans un dessin d’une grande finesse. Louis a représenté le fameux puits à six seaux et la façade nord de la Mairie. Le Kappelturm forme le fond de l’image. Sous l’arche de la margelle du puits apparaît la fine balustre de pierre. Les arcades romanes sont encore en place, le côté nord-ouest n’a pas encore de balcon. Par contre, une petite logette orne la partie centrale. Le balcon de l’Hôtel de Ville d’ObernaiElle était posée sur des consoles sculptées et était appelée la ‘Kirchrainel’.

Les consoles du balcon

Le balcon de 1604 est posé sur neuf consoles sculptées chacune de deux têtes. Elles sont réalisées en grès et une d’entre elles porte la date de 1611. Têtes de lion, visages soignés, personnages inquiétants. Les sculpteurs ont laissé parler leur imagination. Plusieurs personnages dont un lion tirent la langue à ceux qui les regardent ! Nos ancêtres de la Renaissance savaient s’amuser.

 

Le balcon de l’Hôtel de Ville d’Obernai
Le balcon de l’Hôtel de Ville d’Obernai
Le balcon de l’Hôtel de Ville d’Obernai

Le deuxième balcon

Dès 1759, il fut envisagé de ‘rénover’ la Mairie. Le projet de cette année-là envisage la création d’une façade à la française ! Il ne serait rien resté ! Fort heureusement, le projet se révèle trop onéreux. Et puis, les corporations des vignerons et des bouchers sont encore puissantes et refusent de voir leurs poêles détruits, ils étaient adossés à l’édifice et devaient disparaître.
1839, projet de Albert Hass, lui aussi fort peu respectueux de la Renaissance. Il ne sera heureusement pas exécuté.
C’est finalement le projet de 1844 d’Antoine Ringeisen qui sera retenu et exécuté. Les arcades romanes et la Kirchrainel disparaissent, certes, mais les fenêtres de 1523 et le balcon de 1604 sont préservés.
Le balcon de l’Hôtel de Ville d’ObernaiLes travaux courent en 1847 et 1848. Antoine a l’excellente idée de compléter la façade par le balcon nord-ouest qui est une copie de l’œuvre de Wildemann. A cette occasion le balcon nord-est est rénové et les consoles initiales sont copiées.
Résolument ‘modernistes’, nos édiles du XVIIIème et du XIXème siècles ont arraché les portes fortifiées de la Ville, rasé l’église romane et la Kappelkirche. Fort heureusement, cette soif de ‘nouveauté’ s’est ensuite calmée et Obernai propose toujours de magnifiques monuments du moyen âge et de la Renaissance. ( Voir nos articles Kappelturm, Obernai roman et Remparts d’Obernai ). Bonne promenade !

Illustrations

  • Le balcon de l’Hôtel de Ville d’ObernaiDessin de A. Güntzer, 1660
  • Le Puits aux Six Seaux et l’Hôtel de Ville d’Obernai, Louis Laurent-Atthalin, 1836
  • Relevé du Balcon Nord –est, Lambert-Stahl, 1890
  • Photographies des consoles et du balcon, PiP

Sources

  • A. GÜNTZER, Kleines Biechlin von meinem gantzen Leben, 1660
  • J. GYSS, Notice historique sur l’hôtel de ville d’Obernai, 1864
  • J. GYSS, Histoire de la Ville d’Obernai,1866
  • J. BRAUN, les édifices publics d’Obernai, annuaire DBO, 1972
  • D. DEMENGE, Au Pays de Sainte Odile, 2007
  • M. DEBUS KEHR, L’histoire de ma vie, autobiographie d’un potier d’étain calviniste, 2010

 

Consoles du balcon de l'Hôtel de Ville d'Obernai

Consoles du balcon de l'Hôtel de Ville d'Obernai

Commenter cet article