Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Les cadrans solaires de Sainte Odile

27 Décembre 2013 , Rédigé par PiP, vélodidacte Publié dans #lieu

Sur les terrasses du Mont-Sainte-Odile, près des vieux tilleuls, dominant la plaine d’Alsace se dresse un curieux édicule. Forme improbable, tout de grès, le petit monument attire le regard des curieux. Il s’agit d’un cadran solaire, ou plutôt d’une série de cadrans. Etonnant !

Le gnomon du Mont

Les cadrans solaires de Sainte Odile Posée sur deux marches, une colonne ronde, puis un socle cubique. Sur le socle, un piédouche élégant porte un polyèdre régulier à vingt-six faces. Toujours plus haut, un deuxième piédouche inversé porte une sphère. L’ensemble est fin et harmonieux.

Le regard est attiré par les petits cadrans solaires qui ornent les vingt-quatre faces utiles du polyèdre. Une plaque de cuivre, une lame qui crée l’ombre sur un faisceau de lignes… chaque cadran correspond à une région du monde. Le visiteur curieux pourra lire l’heure en vingt-quatre lieux !

 

Nous avons relevé pour vous ces sites privilégiés :

  • Sur la face Nord Ouest : Canterbury, Mexique, et Chypre
  • Sur la face Ouest : Madrid, Paris, Saint Jacques de Compostelle
  • Au Sud-Ouest :Sorrente (Suisse), Ninive (Assyrie) et Vienne
  • Au Sud : Cadran Antique, Notre cadran Alsace-France et Constantinople
  • Face Sud-Est :Assyrie, Italie et Congo
  • Face Est : Alexandrie, Babylone, Chaldée
  • Nord-Est :Antioche, Inde, Japon
  • Nord : Ethiopie, France Occidentale, Jérusalem

( Nota : les lieux sont cités de haut en bas pour chacune des huit directions du gnomon)

 

Les cadrans du Mont Sainte Odile

Les cadrans du Mont Sainte Odile

Des pays lointains…Mexique, Assyrie, Inde, Japon et Congo (sic !).
Des sites chrétiens… Jérusalem, Saint Jacques, Canterbury, la Chaldée. (Rome n’est pas citée)
Des villes mythiques… Antioche, Alexandrie, Ninive, Babylone.
Et tout naturellement, sur la face la plus exposée et en plein centre : « Notre cadran Alsace- France ! »

Ouvrez grands vos yeux, faites le tour du gnomon, admirez l’ensemble !

Les blasons du gnomon du Mont

Pour comprendre l’origine de ces cadrans, il nous faut nous pencher sur les armoiries qui ornent le monument. Le socle porte quatre blasons.

  • Le premier est le plus facile à identifier : ‘de sable à deux tours d'argent’. Ce sont les armes de l’abbaye de Neubourg.
  • Le second représente un bras armé d’un coutelas, le tout sortant d’un nuage. Le blason est surmonté d’une mitre et de deux crosses d’évêque. Ce sont les armes de Jean Vireau, abbé de Neubourg de 1693 à 1715.
  • Le troisième nous montre un lion couronné d’une couronne. Il s’agit des armes des comtes de Lutzelbourg : ‘d'azur au lion d'or’.
  • Le dernier blason présente une bande de losanges. Il est surmonté d’une simple crosse. Peut-être celle d’un prieur. Nous n’en savons pas plus. Si un lecteur a une idée…

Tous les éléments identifiés nous ramènent à l’abbaye cistercienne de Neubourg ! Neubourg était une abbaye puissante et fort ancienne, située à l’ouest d’Haguenau. Créée au douzième siècle par le comte Renaud de Lutzelbourg, sous Frédéric le Borgne, la fondation était d’importance.
Les cadrans solaires de Sainte Odile
Un cinquième blason orne le piédouche inférieur. Il s’agit des armes de Jean-François Specht, originaire de Kienzheim et abbé de Neubourg de 1760 à 1779.

L’arrivée du gnomon sur le Mont

Le gnomon fut créé à Neubourg, vraisemblablement à la demande de l’abbé Jean-François Specht à la fin du XVIIIème siècle. Les armes de l’abbé seraient alors comme une signature. Il tronaît au centre du potager de l’abbaye. Dans son article, comme ‘créateur’, Friedrich propose Don Dreux, le dernier abbé de Neubourg, sans apporter d’élément déterminant. De fait, Dreux fut un abbé ‘français’, un abbé ‘absent’, qui préférait Paris et la Cour à son abbaye. On le voit mal s’intéresser à Neubourg pour autre chose que ses fermages et autres prébendes. Il était surnommé ‘Hühnerfresser’, le voleur de poules, par les habitants de Neubourg !
Les cadrans solaires de Sainte Odile De l’Abbaye de Neubourg ne nous reste que peu de chose, un élégant portail et quelques souvenirs éparpillés. La Révolution Française fut fatale à l’abbaye des comtes de Lutzelbourg. Pillés dés 1793 par les soldats de Pichegru, les bâtiments et l’abbatiale furent vendus comme biens nationaux et systématiquement démantelés.
Le gnomon fut oublié, puis transporté en 1856 dans la cour du Séminaire Saint Thomas, à Strasbourg. Il ne fut monté au Mont-Sainte-Odile qu’en 1935, comme en témoigne l’inscription gravée sur la colonne.

Sur le monument, l’observateur consciencieux peut également lire :


Aspicis Umbra Fugas nostras ut Temperet Horas
Tu vois comme l’ombre en fuyant règle les heures

Umbras umbra regit.
Pulvit et umbra sumus.

L’ombre commande aux ombres.
Nous ne sommes que poussière et ombre.

La sphère sommitale du gnomon porte, gravés, les noms des différents vents.

Les origines du gnomon du Mont

Jean-François Specht n’est pas le concepteur de nos cadrans solaires. L’abbé s’est inspiré de travaux plus anciens. Voyez plutôt cette merveille !
Les cadrans solaires de Sainte OdileElle est due à Michel Coignet (1549-1623). Michel était un ingénieur natif d’Anvers, mathématicien, et fabricant d’instruments scientifiques. Contemporain de Mercator, de Kepler, Michel Coignet entretenait une correspondance avec Galilée et les savants de son époque.

Les cadrans solaires sont situés sur les 24 faces utiles d’un ‘petit rhombicuboctaèdre’ avec huit faces triangulaires et dix-huit faces carrées. On appelle également cette figure le ‘solide d’Archimède’.

Le modèle de Michel Coignet était transportable. Pour lire les heures correctement, il fallait l’orienter. A cet effet, la face sommitale est pourvue d’une boussole. Ce chef d’œuvre est actuellement exposé à Paris dans la galerie Delalande (Louvre des Antiquaires).
Il existerait une pièce analogue au British Museum à Londres.

Epilogue en forme de sourire

Les cadrans solaires de Sainte Odile

Voilà donc une création vieille de 250 ans. Sans mécanisme, sans piles, sans autre énergie que le soleil, elle vous donne l’heure dans vingt quatre lieux du monde ! Plus fort que vos smartphones et autres tablettes ! Plus écologique que n’importe quel appareil d’aujourd’hui ! Plus respectueux de l’environnement ! Plus silencieux aussi ! D’une plastique incomparable, un véritable bijou !

L’abbé de Neubourg avait du goût et du talent ! Jean-François devait admirer son œuvre et il pouvait lire l’heure !…. enfin, soyons juste, seulement dans la journée et seulement les jours, où le soleil brillait dans son potager de Neubourg.

(Presque tous les jours, hasarderons-nous..... Comme aujourd’hui ! Plein soleil sur le Mont ! )

Sources

  • L’abbaye bernardine de Neubourg, V.Walther, 1868
  • Die Zisterzienser im Elsass, P.M.S. Friedrich, Almanach de Sainte Odile, 1949
  • Les cadrans solaires anciens d’Alsace, R. Rohr, 1971
  • Les 24 horloges solaires du Mont Saint Odile, A. Roth, 2006
  • F.Chauvin, article dans la revue ‘Connaissances des Arts’, 2013

Illustrations

  • Photographies LiD et FrP
  • Plan de l’abbaye de Neubourg avec emplacement initial du gnomon, PiP
  • Cadrans de M. Coignet, photo trouvée sur Internet

Pour les passionnés de cadrans solaires qui veulent en savoir plus sur le monument du Mont Sainte Odile, nous conseillons la lecture d'un site fort bien fait et des plus interessants. 

http://jean-marie.poncelet.pagesperso-orange.fr/monumentsteodile.htm

Monsieur Poncelet étudie en détail les cadrans du Mont, mais aussi de nombreux autres sites en Alsace.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Liliane 31/01/2014 17:37

Si je saisis bien, c'est donc un grand rhombicuboctaédre étoilé avec, dans le cas des gnomons présentés, 16 carrés et 8 triangles utiles + une base carrée + un sommet carré.
C'est un nom imprononçable ...
Reste un problème ! La difficulté de lire l'heure sur les côtés exposés au nord !
Et pour le portatif de Michel Coignet, la question du réglage si on n'a pas une bonne montre au poignée !
Quoiqu'il en soit, la réalisation est superbe et m'a interpellée lorsque j'ai fait la visite du Mont.
Et je suis très heureuse de découvrir maintenant son histoire et ses trajets.

PiP 07/02/2014 12:59

Ben oui ! chez nous, il fait toujours soleil !
Nous souffrons d'aridité, et chaque année le désert progresse...

Liliane 31/01/2014 18:28

Hum, hum ... Il brille toujours comme sur la très belle photo de François à la fin de l'article ...

PiP 31/01/2014 18:15

Bon, c'est Damas qui voulait connaître le nom de ce superbe volume, polyèdre d'Archimède me parait le vocable le plus sympa...
Pour le côté nord, sache qu'en Alsace, le soleil brille partout et toujours... même au nord !

Damas 03/01/2014 20:06

Rhombicuboctaèdre, ou petit rhombicuboctaèdre (quand on ne précise pas, c’est qu’il s’agit de celui-là). C’est un polyèdre d’Archimède . Il a 24 sommets, 48 arêtes et 26 faces (18 carrés et 8 triangles).
Grand rhombicuboctaèdre convexe ou cuboctaèdre tronqué . Il a 48 sommets, 72 arêtes et 26 faces : 12 carrés, 8 hexagones réguliers, 6 octogones réguliers.
Grand rhombicuboctaèdre étoilé. C’est un polyèdre étoilé semi-régulier, indexé sous le nom U17. Il a 24 sommets, 48 arêtes, 18 faces carrées et 8 faces triangulaires.
Les polyèdres à 26 faces sont aussi appelés icosa-hexaèdres.

Dr. Francois, photographe 02/01/2014 18:38

Et il a Skype ton gnomon 1.0 ?

PiP 02/01/2014 19:35

Docteur, c'est possible... on m'en a parlé, mais, je doute.
Le gnomon du Mont a traversé les siècles, et est toujours à l'heure. Ton 'Skype' sera oublié dans quelques mois.... Tu devrais t'incliner devant cette création artistique et scientifique, et tu la compares à un 'truc' éphémère. Pffff.... je te déshérite, mon fils ! Devine au profit de qui ?

damas 02/01/2014 15:25

Y a des noms pour tout

PiP 02/01/2014 19:45

Bon... tu as trouvé pour 20 faces.... notre gnomon, c'est 26 faces!
Avec des carrés et des triangles...
Bonne chance !
ou alors, tu inventes...

damas 02/01/2014 15:24

L'icosaèdre
Article détaillé : icosaèdre régulier.

L'icosaèdre (de icosa, vingt, et èdre, base)

est constitué de 20 faces en triangle équilatéral,
possède 12 sommets et 30 arêtes,
possède 120 triangles rectangles scalènes.

Les centres des faces d'un solide de Platon sont les sommets d'un solide de Platon. Cette correspondance est interne parmi les tétraèdres ; elle échange cubes et octaèdres d'une part, dodécaèdres et icosaèdres d'autre part.

damas 02/01/2014 15:23

'hexaèdre régulier (cube)
Article détaillé : cube.

L'hexaèdre (de hexa, six, et èdre, base)

est constitué de 6 faces carrées,
possède 8 sommets et 12 arêtes,
possède 24 triangles rectangles isocèles (avec deux côtés égaux)?

Ivantze 02/01/2014 12:31

"Plus fort que vos smartphones et autres tablettes ! "
ça, c'est bien vrai....
Sauf que ça rentre pas facilement dans une poche ...-:)
Ivantze

Damas 30/12/2013 18:28

Je vais essayer, je te ferai part des calculs. Sinon comme dans ton texte, tu y a glissé des mots difficiles .Pour moi, les sens étaient un peu confus, j'ai donc consulté wikipédia.
ÉDICULE : petit bâtiment creux servant à abriter
GNOMON : le plus souvent l'aiguille du cadran solaire
sinon pour le polyèdre tu aurais pu préciser que c'est un hexaèdre. Je te fais part de ces petites remarques non pas pour étaler ma sciences, je ne connaissais pas ces mots de façon précise ou pas du tout mais simplement pour apporter ma pierre à cet article que j'ai aimé qui m'a étonné. J'aimerai savoir si par le monde cet édifice à des frères ou sœurs .

PiP 31/12/2013 17:33

c'est pas un hexaèdre.... 26 faces, je ne connais pas de nom...

PiP 31/12/2013 14:50

Je maintiens ' édicule' et 'gnomon'.... après vérification dans ma bible personnelle ' Le Robert'.
J'ai trouvé mention d'un frère de notre gnomon. Selon G.Walter, déjà cité plus haut, un monument semblable était exposé au Musée du Louvre en 1868.... J'ai cherché sur le site du Louvre, mais je n'ai rien trouvé.

Damas 28/12/2013 21:19

Peut on en déduire l'heure de la rue du Jas ?

PiP 28/12/2013 21:23

Tu prends l'heure en Alsace....
Tu ajoutes l'heure en Italie
Tu ajoutes l'heure en Espagne
Tu divises par trois, et t'es pas loin.....

PiP 27/12/2013 21:30

Cet article a été écrit sur une idée et à la demande de Damas.