Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Le puits de Bourgheim

4 Janvier 2014 , Rédigé par PiP, vélodidacte Publié dans #anecdote

Lorsque vous traversez le petit village de Bourgheim, vous admirez immanquablement les bords de la Kirneck ! Les quais de la petite rivière sont fleuris, les fermes et bâtiments également. Le point de vue est charmant, typique. Sur la placette se dresse un vieux puits avec une belle margelle et un haut fronton.
Mais pourquoi un puits si près de la rivière, à proximité directe du gué ? Inutile ! Etonnant ! Non ?
Nous menons l’enquête pour nos fidèles lecteurs.

Le puits du Heckenweg, 1860-1861

Le puits de BourgheimHiver 1860, Louis Charles Zeyssolff, notaire à Strasbourg, enfant de Bourgheim, fait creuser un puits au lieu-dit ‘Chemin du Heckenweg’. Nous sommes dans le vignoble dit de l’Aue, à la limite des deux communes de Bourgheim et Goxwiller. Situé sur les terres de Bourgheim, proche de la limite des deux bans, le puits était destiné aux habitants des deux communes. Ainsi l’avait souhaité son fondateur Louis Charles. Il devait être le symbole de la bonne entente et du partage entre les deux communautés. Le notaire l’a fait graver sur le fronton qui surmonte la margelle.
D’un côté : ‘La Famille Zeyssolff, de Bourgheim
De l’autre coté : ‘1861 – Aux habitants de Bourgheim et de Goxwiller’
Le bienfaiteur semble alors suivi par les deux communes et les travaux peuvent commencer.

  • 21 décembre 1860, le puits est creusé et donne une eau claire et abondante. Il fait 25 pieds de profondeur, soit près de huit mètres.
  • Les habitants de Goxwiller vont chercher bénévolement les moellons nécessaires à la maçonnerie du puits. Dix huit voitures seront acheminées à partir de la carrière d’Ottrott
  • Le sieur Knauss, de Bourgheim, a racheté à Dorlisheim une margelle de grès. Elle date de 1728. L’intérieur est circulaire, alors que l’extérieur forme un hexagone.
  • Les deux colonnes et le linteau sont taillés par le tailleur de Pierre Roth à Obernai.
  • Juin 1861, le puits est terminé.

Le puits de BourgheimLes villageois de Bourgheim livrent une auge pour recueillir l’eau et un banc pour le confort. Les vignerons des deux communes et les bêtes menées au pré, sur l’Aue, profitent de l’eau pure et de la générosité du notaire. Jusque là, tout va bien !

Le déménagement du puits, juillet 1962

Cent ans plus tard, les pâturages ont fait place à la vigne qui couvre maintenant l’ensemble de l’Aue. Peu à peu, le puits centenaire a été délaissé. Les seaux et chaînes, nécessaires au puisage de l’eau ont été dérobés, l’auge et le banc ont disparu, eux aussi. On peut craindre le pire pour le vieux puits.
Le 27 juillet, sur décision du conseil municipal de Bourgheim, le puits centenaire est comblé et la margelle est déplacée et ramenée à Bourgheim, au centre du village, près du pont de la Kirneck.
Le problème est que ‘ceux de Goxwiller’ n’ont pas été associés à cette décision. Mais, quelle aurait été leur réaction ?

Enfin informés, les habitants de Goxwiller sont révoltés et pétitionnent auprès du maire ! Qu’on nous rende notre puits ! Le maire fait constater par huissier l’enlèvement du puits. Mise en demeure est envoyée à Bourgheim de restituer le puits. Refus. Le sous-préfet est saisi. Sans succès…. Le conseil municipal de Goxwiller menace de démissionner. Rien n’y fait ! La sous-préfecture reste muette !

Une croix est alors élevée à l’ancienne place du puits, les gars de Goxwiller s’y retrouvent et on y chante une complainte vengeresse… où on interpelle le maire de Bourgheim.


Der Burne vom Lehweg

Schon hundert Jahr exh ar dert g’stande
Als schenste Burne wit und breit
Doch plötzli ech er jetzt verschwunde
Verschwunde ohne adjeh g’sait
Schon hundert Jahr het ar uns ewerwacht
Des Rabgeland wu mer heisst ‘Leh’
Awer jetzt het ne de Gloecker gestohle
Uns Goxwillemer macht des rig weh.

Oh, Emile, geb uns unsere Burne
Derzu auch noch der schen Trankstein
Oh, Emile, der Burne ech net din allein !

Der arm Keib steht jetzt navem Bach
Der schümt und stinckt. Ihm wurds jo schwach
Ar dankt : we hat ich e schens Lave
Im Lehwag und mine Rave
Er hielt in sin’re greschte Not
Und danckt schon langsam an de Dod
Aber d’Goxwillemer lohn sich des nit gfelle
Und ware mi weder an mine Platz nuff stelle.

Der Burne vom Lehweg

Bigre ! Le pauvre puits ‘se meurt’ auprès d’un ruisseau qui serait ‘couvert de mousse’ et ‘malodorant’. On a du mal à reconnaître la Kirneck d’aujourd’hui, ses eaux claires et ses abords fleuris. La ballade se termine par la promesse d’un prochain retour du puits à sa place première.

Nota : Le maire de Bourgheim se prénomme alors Emile et le ‘Leh’ est le nom du chemin le plus proche du puits.

Le puits de BourgheimMais rien n’y fait. Les recours durent un an encore, sans décision des autorités saisies. Lors du ‘messti’ de mai 1963, des jeunes de Goxwiller décident de récupérer nuitamment le puits. Mais le maire de Bourgheim a été prévenu et les attend de pied ferme, avec ses pompiers ! Il y aurait eu des coups de feu ! La gendarmerie d’Obernai enquêtera sans succès.

Dénouement

Le puits est resté près de la Kirneck. Le site est soigné et agréable. Fleuri à la belle saison.
Sur l’Aue, ce ne sont que vignes, le Lehweg n’est plus qu’un sentier guère utilisé. Plus de croix, plus de haies, non plus. L’ancien emplacement du puits est à peine visible, cerné de ronces, oublié.
Quelques mois après l’échauffourée, à titre de compensation je suppose, la commune de Goxwiller fait démonter et installer au centre de son village un autre puits, perdu dans la campagne. Le vieux puits du Viehweg, lui aussi inutilisé, était situé à la limite des deux bans, en direction de Valff.

Saurez-vous le reconnaître parmi les nombreux puits du village ?

Le puits de Bourgheim

Balade

Nous conseillons la bicyclette ! De belles pistes permettent de rejoindre Goxwiller et Bourgheim à partir d’Obernai. A Goxwiller, puits et pressoirs, sans oublier les caves de producteurs de vins excellents ! A Bourgheim, le fameux puits de l’Aue mais aussi l’église romane Saint Arbogast. La tour présente de belles baies géminées avec de fines colonnettes. Et puis, côté sud, un curieux tympan roman est mis en valeur. Il représente deux arbres de vie. De toute beauté !
Pour le retour, passez donc par Valff. Vous y admirerez la pierre du Tireur d’Epine. Terminez par la nouvelle piste cyclable qui passe à Niedernai.

Illustrations

  • Le puits de Bourgheim, au bord de la KirneckLe puits de Bourgheim
  • L’inscription sur le fronton du puits
  • Plan de situation avec les emplacements anciens et actuels des puits, PiP
  • Les puits de Goxwiller
  • Le tympan roman de l’église de Bourgheim

Sources

  • M. Krieg, le puits de Bourgheim, un centenaire contesté, SHABDO 1973
  • S. Braun, Alsace Romane, 2010

L’essentiel du récit de la ‘Guerre des Puits’ a été tiré de l’article de M. Krieg. Ainsi que le texte de la ballade vengeresse. Qu’il en soit remercié.

Le puits de l'Aue, à Bourgheim

Le puits de l'Aue, à Bourgheim

Commenter cet article

Claire 01/02/2014 16:12

Amusant...et le puits est toujours là !

Francois 20/01/2014 15:35

Saurez-vous le reconnaitre...? Ben non ! Et toi ?
C'est quand même fou cette histoire, et on dit que c'est la télé qui rend les gens violents...
A part ça, la chanson est très jolie, est ce que tu as une idée de la mélodie ? Plutôt martial, j'imagine !

PiP 26/01/2014 17:47

J'ai trouvé. C'était chanté sur l'air de Mammatschi. C'est une comptine. Tu peux la trouver sur plusieurs sites et l'écouter. Rien de martial ! plutôt bon enfant.

PiP 21/01/2014 09:28

D'après mes sources, la comptine était chantée sur un air 'connu' alsacien.... que je ne connais pas. Genre chanson populaire.
Pour le puits... je vais aller demander à la mairie... promis!