Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Judith dans l’ Hortus Deliciarum

1 Septembre 2014 , Rédigé par PiP vélodidacte

Judith dans l’ Hortus DeliciarumCertaines des miniatures d’Herrade peuvent nous surprendre. L’Hortus de notre abbesse de Hohenburg comporte quelques images étonnantes et peu en rapport avec la paisible vie d’une recluse, dans les Vosges, sur le Mont-Sainte-Odile, au douzième siècle. Témoins ces deux images qui nous content l’histoire de Judith et d’Holopherne.

Qui est Holopherne ?

Nabuchodonosor est le roi des Assyriens, nous dit la Bible, il règne sur Ninive. Ce roi guerrier et conquérant s’attaque tout d’abord aux Mèdes. Leur armée est défaite, leur roi Arphaxad est massacré à coups de javelots. Nabuchodonosor décide alors de s’attaquer aux peuples d’Egypte et désigne son général en chef pour ces combats : Holopherne. Cent vingt mille fantassins et douze mille cavaliers sont mobilisés.
‘ Car grâce à mon armée, je plongerai toute leur terre dans les ténèbres et la livrerai au pillage. Et leurs blessés rempliront les gouffres profonds, les fleuves et les torrents déborderont de leurs morts, et j’emmènerai la foule de leurs captifs jusqu’aux confins de la terre.’ ( Livre de Judith, 2, 7-9)
La Bible nous raconte la progression vers le Caire d’ Holopherne et de cette immense armée. Destruction de Phoud et Loud, traversée de l’Euphrate et de la Mésopotamie, Cilicie, Arabie. Son arrivée à Damas, et la terreur qui s’empare des peuples du littoral de la Méditerranée. Ceux-ci veulent traiter avec un tel adversaire, mais Holopherne continue à brûler villes et campagnes. En Judée, les Juifs craignent pour Jérusalem, ils accumulent les provisions et fortifient leurs villages et les cols des montagnes. Joachim, le grand prêtre de Jérusalem, envoie des émissaires à Béthulie demander à la ville de défendre un col étroit, accès possible vers la Judée.
Judith dans l’ Hortus DeliciarumC’est bien par les montagnes de Béthulie qu’Holopherne a décidé d’envahir le pays. Il entreprend le siège de la ville, en commençant par occuper les sources qui alimentent les lieux. Trente quatre jours plus tard, les citernes de la petite ville sont à sec, et certains évoquent la possibilité de se rendre. L’assemblée décide de tenir cinq jours encore.

Qui est Judith ?

Judith habite Béthulie, son mari Manassé est mort depuis trois ans et quatre mois lorsque les Assyriens viennent assiéger la ville.
‘ Judith était belle, belle de visage et d’allure. Manassé son mari lui avait laissé de l’or et de l’argent, des serviteurs et des servantes, du bétail et des champs, et elle demeurait ainsi, parmi tous ses biens. Personne ne disait le moindre mal d’elle, car elle craignait profondément le Seigneur.’ ( Livre de Judith, 8, 7-8 )
Judith est révoltée par cette reddition, elle décide d’utiliser les jours qui lui restent pour changer le cours des évènements annoncés. Avec l’accord des anciens, mais sans préciser ses intentions, Judith se prépare à affronter, seule, Holopherne, avec les armes à sa disposition.
‘Elle ôta ses habits de deuil ; puis elle lava son corps entièrement, l’enduisit d’une huile parfumée, peignit sa chevelure et la couronna d’un diadème ; elle revêtit les habits du temps de sa vie heureuse aux côtés de Manassé, son époux. Elle mit ensuite des sandales à ses pieds, se para de colliers, de bracelets , de bagues, de boucles d’oreille, de tous ses bijoux, se faisant très belle pour séduire et tromper les hommes qui la verraient. Elle donna à sa suivante une outre de vin et une jarre d’huile, elle remplit sa besace d’orge pilée, de figues et de pains, elle emballa tous ces récipients et l’en chargea.’ ( Livre de Judith, 10, 3-5 )
Judith quitte alors Béthulie avec sa servante et se présente au camp d’Holopherne. Arrêtée, interrogée, elle affirme vouloir aider les Assyriens à s’emparer de ville sans coup férir. Elle est menée à la tente du général.

Judith et Holopherne

Judith dans l’ Hortus DeliciarumHolopherne accueille bien cette femme, belle et surtout transfuge qui s’apprête à lui livrer Béthulie. Judith le flatte, explique la situation désespérée des assiégés, lui promet, après la chute de la ville, de le conduire jusqu’à Jérusalem et de l’aider à s’y installer sur le trône.
Ce discours plut à Holopherne et à ses officiers, surpris par une telle sagesse. « Nulle femme au monde ne se compare à celle-ci, tant pour sa beauté que pour l’intelligence de ses paroles ».’ ( Livre de Judith, 11, 20-21 )
Enchanté, presque conquis, Holopherne invite Judith à partager sa table et lui fait donner une tente dans le camp. Pendant trois jours et trois nuits, Judith vit ainsi, en prières, respectée et admirée de tous.
Le quatrième soir, Holopherne, brûlant de désir pour la jeune femme, la convie pour un banquet donné en son honneur. Le repas est fortement arrosé.
‘ Holopherne était enchanté de sa présence, à tel point qu’il but plus de vin qu’il n’en avait encore jamais absorbé en une journée.’ ( Livre de Judith, 12, 20)
Le soir venu, les serviteurs s’éclipsent, laissant seuls, à leurs amours présumées, Judith et Holopherne. Holopherne a bu plus que de raison, il est affalé sur sa couche. Judith se saisit de son sabre.
« Seigneur Dieu d’Israël, rends moi forte en ce jour ! »  Puis elle frappa violemment le cou d’Holopherne, par deux fois, et la tête fut tranchée. Elle fit rouler le corps hors du lit, elle ôta la moustiquaire des colonnes. Et peu après, elle sortit, donna la tête d’Holopherne à sa suivante, qui la jeta dans le sac ayant servi aux provisions. Elles s’éloignèrent ensemble, comme elles avaient coutume de faire pour aller prier.' (Livre de Judith, 13, 8-10 )
Judith dans l’ Hortus DeliciarumJudith et sa suivante s’éloignent et regagnent Béthulie. Le lendemain, la tête du général est suspendue au dessus des murs de la cité. Et les Juifs, au petit jour, attaquent le camp des Assyriens. Ceux-ci découvrent alors la mort de leur général et, désemparés, s’enfuient loin de Béthulie. Ils sont exterminés par les guerriers d’Israël. Une femme, seule, a mis une armée en déroute.
Le camp fut pillé pendant trente jours. On donna à Judith la tente d’Holopherne, son argenterie, sa literie ; tous ses grands vases, et tous ses ustensiles, qu’elle chargea sur sa mule et entassa dans ses chars.’ ( Livre de Judith, 15, 11).
Les Juifs célèbrent Judith et leur victoire. Judith rentre chez elle à Béthulie, où elle finit ses jours à l’âge de cent cinq ans. Elle reste la figure d’une femme qui, par son courage et son intelligence sauva les siens.
Et tant que vécut Judith, et longtemps après encore, nul n’osa inquiéter les fils d’Israël.’ ( Livre de Judith, 16, 25 )

Les dessins d’ Herrade de Landsberg

Herrade résume la longue histoire de Judith en deux miniatures. Sur la première, Judith armée d’un glaive tranche la tête d’Holopherne. Elle est vêtue dignement comme une dame du siècle d’Herrade, sa suivante l’accompagne. C’est, au long des siècles, l’image que les artistes ont gardé de Judith : la femme forte qui décapite le reître, trahi par ses sens et par l’alcool.
Notez qu’Herrade suit scrupuleusement le texte de la Bible. Holopherne repose à l’abri d’une moustiquaire ! Notre bonne Herrade la suppose haute en couleurs, rouge ! Que pouvait être une moustiquaire pour une abbesse des Vosges au douzième siècle ?
Judith dans l’ Hortus DeliciarumLa deuxième image est plus rare. Judith rapporte la tête d’Holopherne à Béthulie et la fait suspendre au dessus des murailles. Herrade pense alors, vraisemblablement, à ses jeunes moniales, il lui faut expliquer le meurtre, montrer que, par son geste, Judith a sauvé sa communauté. Comment, sans cette seconde image, une abbesse de Hohenburg pourrait-elle justifier un meurtre ?

Voici la traduction des textes latins qui accompagnent les deux dessins d’Herrade :

‘Judith saisit une touffe de cheveux de la tête d’Holopherne et dit : Rends moi forte en cette heure,
Seigneur, mon Dieu. Deux fois, elle frappa et trancha la tête. Ainsi le Seigneur fit tomber la tête d’Holopherne, le chef des assyriens, par la main d’une femme.’

‘Au lever du jour, les habitants de la ville exposèrent la tête d’Holopherne au-dessus du mur de leur cité.’

L’image de Judith

Judith dans l’ Hortus DeliciarumLe Livre de Judith, que nous avons abondamment cité, fait partie des livres apocryphes, dont la place fut longuement discutée dans la Bible. Que penser de cette histoire étrange d’une femme qui débande par sa seule volonté toute une armée ? Les historiens ne trouvent pas trace de ce Nabuchodonosor, roi des Assyriens. Le récit semble plus un conte qu’une vérité historique.
Néanmoins, ce livre de la Bible a fortement inspiré les artistes tout au long de l’histoire. Les tableaux de la Renaissance retraçant le meurtre d’ Holopherne par Judith sont nombreux. Pour illustrer la fin de notre article nous avons choisi des œuvres moins connues que le tableau de Botticelli.
Un vitrail de la cathédrale de Dinant. Un tableau de Cranach. Une sculpture de la cathédrale d’Amiens. L’histoire de Judith et d’Holopherne est une des plus marquantes de l’ancien testament. Herrade leur a consacré deux images.
Judith dans l’ Hortus DeliciarumAujourd’hui, Judith reste présente dans le quotidien de nombreux français, joueurs de belote ou de manille. Nos jeux de cartes ont choisi Judith comme Dame de Cœur !

Illustrations

  • Herrade de Landsberg, Hortus Deliciarum, deux miniatures.

Ces deux images sont tirées du livre ‘Hortus Deliciarum, reconstitution du manuscrit du douzième siècle d’Herrade dite de Landsberg’ d’Auguste Christen, éditions Coprur. Nous recommandons ce livre à tous les admirateurs d’Herrade.

  • Vitrail de la cathédrale de Dinant
  • Sculpture de la cathédrale d’Amiens, XIIème siècle
  • Tableau de Lucas Cranach, 1530

 

D'autres articles sur l'

Hortus Deliciarum d'Herrade de Landsberg

( cliquez sur le lien )

 

Hortus Deliciarum, Judith et Holopherne

Hortus Deliciarum, Judith et Holopherne

Commenter cet article

GUERRIER 16/10/2014 13:10

"Bonjour, le prénom "Herrad" n'a pas de "e". C'est une hérésie. Car ce n'est ni un prénom allemand, ni un prénom qui peut être porté par un homme.Et ce n'est pas "... de Landsberg", mais " ... de Hohenbourg". Merci d'en prendre bonne note et de le divulguer au + large,

PiP 16/10/2014 16:36

L'orthographe que nous adoptons pour Herrade est celle communément acceptée. Mais, nous trouvons Herrat ou Herrad dans divers textes. La stèle romane du Couvent du Mont porte le nom Herrat, gravé dans la pierre.
Le nom de Landsberg pour l'abbesse Herrade est certes fort discuté, mais le plus couramment utilisé. Parfois orthographié Landsperg. Ce patronyme lui fut donné tardivement. Soit.

Alix 1 22/09/2014 22:16

très belle moustiquaire!, elle tombe bien.
Choisir comme dame de coeur une femme qui tranche une tête masculine (même pour la bonne cause) est tout de même bizarre

PiP 23/09/2014 19:21

Je souhaite à tous les petits africains une belle moustiquaire comme celle d' Herrade !
Le choix des figures de nos jeux de cartes est étrange.... je sens que je vais étudier ce sujet !