Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Le corps d’un jeune garçon, retrouvé dans la Bruche, à Mutzig

7 Novembre 2014 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #anecdote

La lecture des Collectanées de Specklin apporte toujours son lot de surprises et d’interrogations. Le notule N°1296 rapporte un fait divers qui eut lieu en l’an 1329 à Mutzig. Nous allons tenter de retracer le contexte de cette terrible histoire.

Les Collectanées de Specklin

Console de l'ancienne synagogue d'ObernaiDaniel Specklin (1536-1589) fut brodeur sur soie, puis architecte. Nous lui devons un bel ouvrage sur les fortifications. Proches du Mont-Sainte-Odile, les murailles de Dachstein sont son œuvre. A ses moments perdus, lors de ses nombreux déplacements, Daniel a rédigé de nombreuses notes concernant les évènements passés dans les communes qu’il visitait. Daniel n’eut pas le temps de rédiger un texte structuré et ce sont ses notes brutes qui nous sont parvenues dans les Collectanées. Hors contexte, non expliquées, pas toujours faciles d’accès, elles restent un texte passionnant.

Voici la traduction du notule qui nous intéresse aujourd’hui.

Meurtre d’un jeune garçon à Mutzig
Alors qu’ils étaient tenus quittes, lors de la semaine sainte, les juifs ont tué un jeune garçon en lui infligeant de nombreuses blessures. Ils ont jeté le corps dans la Bruche. Il fut retrouvé près du moulin. Lors qu’on se saisit des juifs, trois d’entre eux reconnurent sous la torture, comment ils en étaient venus à assassiner ce garçon. Les juifs furent condamnés à deux mille marks d’amende et tous furent chassés des terres de l’évêché. Alors, ceux de Rouffach se retirèrent vers Colmar.

Collectanées de Specklin, notule 1296

Le texte est bref. On en retiendra que suite à un assassinat, la communauté juive fut, dans son ensemble, chassée de Mutzig et de l’ensemble de l’évêché de Strasbourg. Toute une communauté coupable ? allons ! Pour comprendre ces faits, cherchons tout d’abord à comprendre la situation politique de cette année 1329.

L’évêché de Strasbourg en 1329

L’assassinat de Mutzig a lieu quelques mois après l’élection du nouvel évêque Berthold de Bucheck. A la mort de Jean de Dirpheim, la lutte pour l’évêché a été rude. Finalement, c’est Berthold qui est élu. Déjà évêque de Spire, Commandeur de l’ordre des Chevaliers Teutoniques, le nouvel évêque entre dans Strasbourg à la tête d’une véritable armée de six cents chevaliers en armes. C’est le parti du Pape qui l’emporte sur l’empereur.
Nous avons déjà rencontré plusieurs fois l’évêque Berthold dans nos articles.

Il faut dire que son règne fut mouvementé et riche en rebondissements. Si Berthold se trouve à la tête d’un évêché prospère, sa situation personnelle est des plus délicates. Pour assurer son élection, Berthold a du acheter de nombreux soutiens et il accède à l’épiscopat criblé de dettes. C’est cette situation qui va empoisonner les premières années de son mandat.

Berthold de Bucheck et les Juifs

Console de l'ancienne synagogue d'ObernaiA cette époque, lorsqu’il veut emprunter une somme importante, le puissant se tourne vers la communauté juive. C’est donc tout naturellement aux prêteurs juifs de Strasbourg que s’adresse le tout nouvel évêque lorsqu’il s’agit de payer les services rendus lors de son élection. On parle de 18.000 marks d’argent, une somme !
Or, les Juifs de Strasbourg vont commettre une terrible erreur : ils déclinent la demande de 6.000 marks du nouvel homme fort de Strasbourg. C’est bien mal connaître Berthold qui profite du sabbat suivant pour arrêter et emprisonner les chefs de la communauté. La rançon exigée pour la libération sera de 6.000 marks, bien entendu.
Ce n’est qu’un début. Berthold cherche tous les moyens de faire rentrer de l’argent dans les caisses. C’est alors qu’intervient ce qui n’est au départ qu’un simple fait divers, le meurtre de Mutzig.

Quelques détails de l’affaire de Mutzig

Adam Strobel nous donne, dans son ‘Vaterländisches Geschichte des Elsasses’, plus de détails sur le meurtre lui-même et ses conséquences. Le jeune garçon assassiné avait onze ans, son corps fut retrouvé sous la roue du moulin de la Ville, et il portait plusieurs blessures sur le flanc. Les ‘soupçons’ se portent immédiatement sur les Juifs de la ville. Les premières personnes appréhendées sont soumises à la torture, et bien entendu, elles avouent tout ce que la justice de Berthold veut entendre. Et dés leurs aveux obtenus, elles sont exécutées sur une roue. Alors, les derniers Juifs qui ne s’étaient pas enfuis de Mutzig sont également arrêtés et leurs biens confisqués au bénéfice de l’évêché. Les caisses de l’évêque se remplissent efficacement.
Console de l'ancienne synagogue d'ObernaiMais ce ne sera pas encore suffisant. Dés les premières exactions de Berthold, beaucoup de familles juives avaient fui l’évêché pour se réfugier à Rouffach et à Colmar, qui dépendent de Bâle et sont réputées plus sûres. Toujours désargenté, Berthold fera appel à son collègue, l’évêque de Bâle, pour monnayer leur ‘droit au départ’. Selon Strobel, 2.000 marks d’argent supplémentaires rejoindront ainsi les caisses de l’évêque.
Si on comprend le texte de Strobel, le meurtre de Mutzig ne fut qu’une aubaine pour un évêque en mal d’argent, un simple prétexte. Les Juifs n’étaient très vraisemblablement pour rien dans l’assassinat de cet enfant. Comment des gens aussi menacés auraient-ils pu commettre un tel acte ? et dans quel but ?

Dans les rues d’Obernai

Près des Remparts d'Obernai, la synagogue est récente, elle date de 1878. Mais, en cherchant bien, on trouve en ville les traces de deux lieux de culte beaucoup plus anciens. Ruelle des Juifs, derrière l’Hôtel de Ville, là où coulait le canal de l’Ehn à l’époque, vous trouverez sur un portail roman qui porte une inscription en lettres hébraïques. Le texte est très érodé, malheureusement. Selon les spécialistes, vous vous trouvez devant la porte de la toute première synagogue d’Obernai, déjà citée en 1454.
Console de l'ancienne synagogue d'ObernaiRue du général Gouraud, sous un porche, deux pierres gravées attestent également de la présence d’un lieu de culte. La clé de voûte porte en lettres hébraïques et en lettres latines la date de 1696. La console représente deux mains bénissantes, et on peut lire : ‘Le Maître, rabbi Samson, le Cohen’.

Console de l'ancienne synagogue d'ObernaiLe témoignage le plus ancien que nous ayons retrouvé de la présence des Juifs à Obernai est le suivant. Dans son Histoire de la Ville d’Obernai, Joseph Gyss nous rapporte l’histoire de l’abbé Gottfried en 1215.
Gottfried est alors le responsable de l’abbaye de Saint-Léonard. Sa gestion semble calamiteuse et Saint-Léonard est au bord de la ruine. L’évêque Henri de Veringen, appelé à la rescousse, fait effectuer un état des lieux et une analyse des comptes de Gottfried. Il y découvre avec stupeur que Gottfried avait engagé le trésor du couvent et même les calices auprès des préteurs juifs de Rosheim et d’Obernai ! ‘ Apud judeos in Ehenheim et in Rodesheim…’ cite J. Gyss. Bien vite, l’abbé Gottfried sera déposé suite à ce scandale.
Quoiqu’il en soit, la communauté juive était bel et bien présente à Obernai longtemps avant la première citation d’un lieu de culte dans ses murs.

Balade à Mutzig

Console de l'ancienne synagogue d'Obernai

Après la promenade dans Obernai à la recherche des deux anciennes synagogues, vous pouvez se rendre à Mutzig à bicyclette,
(sur piste en site propre, à partir de Molsheim et Obernai).

La petite ville propose une porte moyenâgeuse : la Porte de Strasbourg. Le beffroi de la mairie présente un carillon amusant qui grimace lorsque sonnent les heures. Les promenades vers les cinq chapelles de la ville sont attrayantes.

Puis, à proximité, poussez, toujours en vélo, jusqu’à Dachstein, où vous verrez les murs dessinés par Specklin.

Sources

  • Daniel Specklin, les Collectanées, 1580Console de l'ancienne synagogue d'Obernai
  • Adam Strobel, Vaterländisches Geschichte des Elsasses, 1841
  • Joseph Gyss, Histoire de la Ville d’Obernai, 1866

Illustrations

  • Portrait de Specklin, tiré de son ouvrage ‘Architectura von Vestungen’
  • Armoiries de l’évêque Berthold de Bucheck
  • Souvenirs de deux synagogues à Obernai, photographies PiP
  • Armoiries de la Ville de Mutzig
  • La Porte de Strasbourg à Mutzig

 

Console de l'ancienne synagogue d'Obernai

Console de l'ancienne synagogue d'Obernai

Commenter cet article

mathilde 07/11/2014 13:47

Tres lisible sur mon portable! C'est pratique!
Sinon, quelle histoire!

PiP 08/11/2014 17:36

Histoire malheureusement maintes fois répétée. A l'encontre des Juifs, certes, mais aussi d'autres communautés, ou de simples individus. Quand un puissant a besoin d'un coupable, il le trouve.