Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche

17 Mai 2015 , Rédigé par PiP vélodidacte

La semaine passée, les ‘Amis du Mont-Sainte-Odile’ nous ont proposé une sortie fort sympathique autour du petit village de Ranrupt. Voilà l’occasion de vous proposer quelques images de la vallée de la Bruche, et aussi un prétexte pour vous raconter une histoire moyenâgeuse à souhait. Nous y retrouverons l’évêque Walter et le comte Rodolphe de Habsbourg.

Les démêlés de l’évêque et du comte

Nous sommes en 1261 !
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la BrucheL’évêque Walther de Geroldseck, fraîchement nommé, a réussi en quelques mois à soulever sa ville, Strasbourg, contre lui. Retiré dans sa forteresse de Dachstein, bien décidé à reprendre son pouvoir, Walter a jeté l’interdit sur la Ville, et l’ensemble du clergé a du quitter Strasbourg.
Dans un premier temps, l’ensemble de la noblesse alsacienne a fait corps autour de l’évêque. Mais quelques mois plus tard, le comte Rodolphe de Habsbourg, fin politique, change de camp et devient un des principaux chefs de guerre alliés à la Ville de Strasbourg.
Les paysans de Ranrupt pourraient se croire bien tranquilles, loin de ces querelles, dans leur village perdu dans les hautes prairies des Vosges. Tranquilles ?…
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche

Les conflits de l’année 1261

Walter a demandé l’aide ses confrères, les évêques de Trêves et de Bâle. Il attend des renforts et ne se sent pas encore en mesure d’attaquer Strasbourg, ses murailles et ses milices aguerries. Walter commence sa campagne plus modestement par l’attaque de Colmar, où ses troupes se font proprement étriller par celles de Rodolphe. Le Comte de Habsbourg s’enhardit alors et enlève Mulhouse, sur un coup de main. L’évêque, furieux de ces revers, charge son frère Hermann de Geroldseck de saccager les terres des Habsbourg en Alsace.
Hermann commence ses représailles par le Val de Villé. Le conflit se rapproche de Ranrupt ! Voici un extrait de la Chronique de notre ami, Richer de Senones.

‘ … Le matin venu, ils mirent à feu toutes les maisons et tout ce qu’ils trouvaient dedans. En cette sorte, ils ruinèrent tout le Val de Villé. La même nuit grande abondance de neige tomba sur la terre, et en cette même nuit, les gens de l’évêque, sortant de Brunstanval occupèrent la terre du dit Comte Rodolphe, à savoir Sales et Brustam, et autres villages en ces montagnes là, et tout ce de dépouilles qu’il trouvèrent, ils s’efforcèrent à s’en charger. Mais les paysans des alentours assemblés, les arrêtèrent en une petite montagne, demandant la restitution de leurs dépouilles. Et comme il s’en aperçurent tant chargés, en sorte qu’ils n’eussent pu descendre qu’avec difficulté, courageusement se jetèrent sur eux, et en tuèrent trente cinq, sans les blessés qui pensant fuir la mort en s’enfuyant desdits paysans, tantôt après mourraient dans les haies et forêts, tant pour le danger de leurs plaies que pour la froidure des neiges.’

Richer de Senones, Chroniques ,Chapitre XVI

Le moine Richer est un contemporain des faits. Son abbaye de Senones est toute proche. Les renseignements donnés sont donc fort étayés. Que nous dit Richer ? Nous sommes en plein hiver et la neige a envahi le Val de Villé. Les spadassins de l’évêque pillent et incendient les villages du Val. Ils quittent le val, comme ils sont probablement venus, par le col de Steige. Lors de leur retour, ralentis par la neige et par le lourd chargement que représente le fruit de leurs rapines, ils sont attaqués et défaits par les paysans de la Haute Vallée de la Bruche ! Trente cinq tués avant la débandade ! Bien d’autres meurent de leurs blessures dans leur fuite, selon Richer.

Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche

La Chronique du moine de Senones utilise des noms ‘francisés’ parfois difficiles à déchiffrer.
Colombier’ pour Colmar, ‘Hebesporch’ pour Habsbourg, ‘Milhuse’ pour Mulhouse, ‘Villers’ pour Villé. Pour les petits villages, la tâche est plus compliquée encore : ‘Brunstam’ désigne le village appelé aujourd’hui Bourg-Bruche.
Mais redonnons la parole au moine de Senones.

L’incendie de Ranrupt et de son église

‘Mais on croit que cette infortune advint principalement aux hommes de l’évêque, pour avoir iceux tant présumé de soi, d’entreprendre chose tant exécrable à la solennité des Octaves du Saint Sacrement, comme il advint également au frère de l’évêque qui, en la même solennité, mit à feu tout le Val de Villers. Les soldats de l’évêque donc infiniment marris de la perte de leurs gens qui moururent, allèrent au village nomme Neufchasteau et le brûlèrent. Et retournant à Sales, en firent de même et peu après brûlèrent encore le village de Brunstam. Mais que dirais-je ? Ils mirent à feu Saverne, Lasace, Stampomont et Kamru avec l’église Saint-Vincent, et totalement consumèrent le Coret. Quoi tant malheureusement exécuté, retournèrent à leurs propres.’

Richer de Senones, Chroniques ,Chapitre XVI

Les troupes de Hermann de Geroldseck se regroupent donc et lancent une série de représailles. Ils brûlent ‘Neufchâteau’: il s’agit vraisemblablement du petit château qui dominait le village de Bourg-Bruche, puis Saales et Bourg-Bruche. Richer termine en citant ‘Stampomont et Kamru avec l’église Saint-Vincent’. (‘Le Coret’ désigne Colroy la Roche.). Le lecteur averti aura reconnu le hameau de Stampoumont et le village de Ranrupt.


Et voilà, comment les paysans de Ranrupt virent leur village et leur église incendiés,

l’hiver 1261, par Hermann de Geroldseck lors d’un conflit qui ne les concernait en rien !

Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche

Cette équipée, peu glorieuse, contre des paysans, ne porta pas chance au frère de l’évêque Walter ! Un an plus tard, Hermann est tué lors de la Bataille d’Hausbergen qui vit la défaite totale de l’évêque face aux milices de la Ville de Strasbourg. Son corps est retrouvé, dépouillé et mutilé, sur le champ de bataille, le lendemain de la déroute de Walter. ( Pour lire l’histoire de la bataille et ses conséquences, cliquez sur le lien.)

Le village de Ranrupt

Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
La commune de Ranrupt est éclatée, entre le petit village regroupé autour de son église baroque, sur les rives de la Climontaine, et plusieurs hameaux, encore plus reculés, aux noms évocateurs : Fonrupt, Mettimpré, Stampoumont. Grand air, calme, sérénité. Les vastes maisons vosgiennes attireront vos regards, avec leurs vastes portails souvent agrémentés de frontons sculptés d’initiales et de dates.
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Partout, au pied des calvaires, sur les bornes, et même sur les façades, on retrouve la même fleur gravée. Pourra-t-on m’expliquer sa signification ? Elle ne figure pas sur les armoiries de Ranrupt.

Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche

La promenade à pied dans les différents hameaux du village est fort agréable, champêtre. Le vélo peut être une bonne solution également, le col de Villé est un des plus accessibles des Vosges !
Pour les amateurs de vieux burgs en ruine, à deux pas :

( Pour lire l’histoire des châteaux, cliquez sur le lien.)

lllustrations

  • Armoiries des protagonistes du conflit de 1261
  • Photographies de Ranrupt, GaD et PiP
  • Plan de situation, PiP

Sources

Richer de Senones, Chroniques ,Chapitre XVI
Escapade à Ranrupt, dans la Haute Vallée de la Bruche

Commenter cet article

Olivier 05/06/2015 10:06

Pour répondre à Vero et concernant les fleurs sculptées sur les calvaires et linteaux de porte.
Notre univers ( c'est à dire tout ce qui existe ) est construit selon des lois géométriques précises ( voir les 22 polygones réguliers de la géométrie d'Euclide ). Ces tracés constituent la représentation d'idées et de principes forts savants que les sculpteurs ont utilisés à toutes les époques dans l'ornementation.
Or le symbole par définition est une abstraction ayant son fondement dans la raison et sa correspondance dans la réalité, ainsi il devient plus facile d'en avoir l'explication.
Dans la figure qui nous intéresse il y a d'abord le carré primordial qui constitue une base fondamentale ( Exemples : situation: Nord,Est,Sud,Ouest ou pour l'individu I point d'évolution ( ou ascendant ) VII point d'ambiance ou de liaison, IV point des antériorités ou hérédité et X point d'actions ( les actes ) ).
Si ce premier carré positionne sur le plan physique ou matériel, en le dupliquant on obtient l'octogone, figure éminemment stable et complète en ce sens que le deuxième carré y adjoint un côté plus subtil et plutôt spirituel. C'est pour cette raison que l'octogone est symbolisé à la base des calvaires, de même que les fonds baptismaux sont octogonaux et que cette figure géométrique est à la base des constructions chrétiennes ( le tracé du plan des cathédrales par exemple est l'octogone depuis les fondations jusqu'au dernier fleuron de la flèche ) C'est pour cette raison aussi qu'on le trouve représenté sur les linteaux de porte offrant de la sorte une bénédiction ainsi qu'une protection aux habitants et visiteurs, comme le souligne François.
Voilà, j'espère avoir pu apporter ma modeste contribution à ce sujet, l'astuce si on ne peut s'expliquer quelque chose étant tout d'abord de savoir compter.

PiP 05/06/2015 13:33

Analyse fort pertinente, intéressante sur le graphisme, les formes et la symétrie. Mais ma question portait plutôt sur le symbole lui-même. Pourquoi tant de maisons de Ranrupt portent-elles la même fleur stylisée ?
A Rosheim, on voit partout des roses à cinq pétales. A Obernai, des aigles impériales .... bon, on comprend.
Pour Ranrupt, d'où vient cette fleur à quatre pétales qu'on retrouve sur les calvaires et les frontons ? La piste des Mullenheim ne semble pas correcte... Cinq pétales, les Mullenheim, pas quatre....
Vraiment, je ne vois pas....

PiP 05/06/2015 11:23

ah !

François 02/06/2015 12:41

Sur le blason de Bourg-Bruche, la fleur provient très probablement des armoiries des Mullenheim, possesseurs du Val de Villé, de Ranrupt, Bourg-Bruche et Saâles au XIVème siècle. La fleur est également un symbole porteur de chance, qu'on retrouve gravé sur de nombreux linteaux. Peut-être les fleurs de Ranrupt sont elles liées à une de ces explications.

PiP 05/06/2015 16:35

Pour le blason de Bourg Bruche, la réponse semble pertinente. Merci !
Mais à Ranrupt... quatre pétales ???

Claire 01/06/2015 16:45

Perplexe...quelles équipées, vraiment pas des rigolos ! de gros lourds sans tête...

PiP 01/06/2015 20:02

Remarque, Claire, que ce sont les troupes de l' évêque qui incendient une église.... Ah! les braves gens!

Francois 29/05/2015 12:09

He ben, c'étaient pas des rigolos à l'époque... Ils zigouillaient du pèquenot à tire-larigot!
Je dois avouer que je pensais qu'ils déplaçaient les corps quand Richer parle de dépouilles. C'était un peu bizarre, ça donne une toute autre perspective au texte ;)

PiP 01/06/2015 09:10

On trouve cette fleur dans le Blason de Bourg-Bruche, voisine de Ranrupt.... les deux communes étaient-elles liées dans le passé?

Véro 31/05/2015 23:49

Quant à toutes ces superbes fleurs gravées, j'ai branché un ami sculpteur qui pourrait apporter une réponse, bientôt !

PiP 30/05/2015 21:01

Je confirme que les dépouilles.... c'est le résultat du fait d'avoir dépouillé les gens... et non des cadavres. Sinon, Franz, je t’emmènerai là-haut ! C'est beau !