Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Les armes des chevaliers dans l’ Hortus Deliciarum

5 Juillet 2015 , Rédigé par PiP vélodidacte

Le codex de l’abbesse Herrade de Landsberg comporte de nombreuses scènes de la Bible, où paraissent des militaires. Toujours soucieuse des détails, l’abbesse d’Hohenburg les a représentés très précisément, mais équipés comme les guerriers de son époque. Les miniatures d’ Herrade représentent les chevaliers et des soldats de Frédéric Barberousse. Examinons quelques images extraites de la reconstitution de l’ Hortus, publiée sous la direction d’Auguste Christen.

Le Massacre des Innocents par les soldats d’Hérode : le haubert

Les armes des chevaliers dans l’ Hortus DeliciarumCet épisode de la Bible est rapporté dans l’Évangile de Matthieu (Matthieu 2, 16-18). Les deux reîtres d’Hérode sont pourtant vêtus comme ceux de la fin du XIIème siècle : ils portent le ‘haubert’, cette cotte de mailles couvrant l’ensemble du corps, sauf le visage.

En fait, sous Barberousse, le haubert était réservé aux chevaliers les plus riches. Sa réalisation était fort longue et fort coûteuse. La plupart des combattants portait un simple plastron qui ne leur protégeait que le torse. Le reste du corps n’était protégé que par un vêtement de cuir, souvent garni de rivets métalliques. L’apparition des armures de chevaliers est plus tardive.
Pour l’époque, un haubert complet représentait une quantité importante de fer. J-F. Fino parle de 30.000 anneaux de fer par équipement. Une dizaine de kilogrammes. Au douzième siècle, le fer est produit de façon artisanale. Les mines sont le plus souvent à ciel ouvert, situées aux endroits où le filon affleure. Les fours utilisés pour séparer le métal du minerai sont de petite taille, alimentés par une forte quantité de bois. Le travail est énorme, il dure deux à trois jours pour une coulée de cinq kilogrammes tout au plus. Les installations doivent être déplacées lorsque le filon s’épuise. Plusieurs coulées sont nécessaires pour la fabrication d’un seul haubert. On conçoit le coût d’un équipement, et on comprend que seuls les seigneurs pouvaient s’équiper réellement de façon complète.
Les armes des chevaliers dans l’ Hortus DeliciarumLe casque était appelé ‘heaume’. Les deux heaumes représentés par Herrade comportent une protection du nez, le nasal. Il ne protège la tête que très partiellement. Par la suite, cette protection fut fortement améliorée. Voici le heaume que portait Guillaume de Chauvigny en 1217.

L’assaut de la Ville de Dan par Abraham : l’écu

Loth est retenu captif dans la ville de Dan par les rois de Sodome et Gomorrhe, Abraham entend délivrer son neveu. A la tête d’une troupe de 318 soldats (sic), il assiège puis emporte la ville. Abraham délivre alors Loth et les autres captifs, il récupère le butin (Genèse 14,14-16).
Herrade nous montre le siège d’une ville fortifiée, et les armes utilisées pour un assaut. La hache de combat sert à briser les portes, les braises et le feu sont portés à hauteur des murs à l’aide de longues perches enflammées. En fait, ces piques portaient à leur extrémité un petit récipient de terre cuite, contenant un mélange de bois et de poix ou de suif, de façon à ce que l’incendie se propage rapidement.
Les armes des chevaliers dans l’ Hortus Deliciarum

Les défenseurs se défendent en projetant, à mains nues sur cette miniature, des pierres du haut des remparts. Les assaillants se protègent à l’aide de leurs vastes écus.

L’écu est alors en forme de triangle, très allongé, de grandes dimensions. Légèrement recourbé, il permet une bonne protection du corps.

Pour Herrade, l’écu est simple, selon les spécialistes de l’époque, il était souvent renforcé de lamelles cloutées et bordé d’une orle qui assurait la rigidité.

La victoire de Josué sur Alameq : les chevaux dans les combats

Un épisode de l’Exode donne l’occasion à Herrade de nous offrir une scène équestre. Après avoir traversé la Mer Rouge, le peuple d’Israël est attaqué par Amaleq. Rien dans la Bible n’indique qu’il y eut charge de cavaliers. (Exode, 17,10-16) : ‘ Josué défait Alameq et son peuple par la force de l’épée.’ Herrade nous propose cependant une scène digne des romans médiévaux.
Les armes des chevaliers dans l’ Hortus DeliciarumCombat serré et violent, la lance d’Alameq est déjà brisée, son écu est fêlé. Josué est sur le point de le frapper de son épée. Herrade a-t-elle assisté à une telle scène dans ces temps troublés ? Les chevaux ne sont pas protégés de cette carapace de fer qu’ils connaîtront un siècle plus tard. Josué combat en première ligne à la tête de ses troupes. Son compagnon utilise une lance pour désarçonner son adversaire blessé.
Les armes des chevaliers dans l’ Hortus DeliciarumLe sceau de Richard Cœur de Lion et celui du duc Arthur de Bretagne, contemporains des dessins d’Herrade, nous montrent combien Herrade était bien informée.

Les vignerons homicides : l’épée

Les armes des chevaliers dans l’ Hortus DeliciarumLa parabole des vignerons nous rapportée par Matthieu ( 21,33-42 ), Marc ( 12,1-10) et Luc ( 20,9-17). Le fils d’un propriétaire de vigne vient prendre sa part de la récolte. Les vignerons décident de l’assassiner dans le but de s’approprier la vigne. ‘ Celui-là, c’est l’héritier. Allons ! Tuons-le, et à nous l’héritage’ nous dit Marc.
Herrade transpose, comme souvent, le texte de l’évangile. Le fils du propriétaire est habillé en roi, coiffé d’une couronne, et les vignerons deviennent deux soldats en haubert. Heaumes de chevaliers, écus armoriés. Il frappent le jeune roi déjà à terre à l’aide de leurs épées.
A temps de Barberousse, l’épée est encore une arme de taille, longue et large. La technique utilisée par le forgeron pour obtenir une lame solide et surtout tranchante a été apprise au contact des arabes lors des premières croisades : acier de Damas. Fino estime le poids moyen à deux kilogrammes pour une épée de quatre-vingt centimètres.

Autres Miniatures où apparaissent des armes

Les armes des chevaliers dans l’ Hortus DeliciarumNous avons choisi quatre miniatures pour illustrer notre propos. La présence d’hommes en armes est beaucoup plus importante dans l’ Hortus Deliciarum.

  • David et Goliath. Goliath porte un bouclier rond qui surprend pour le moins.
  • Abraham et Melchisedeck. Derrière Abraham, les cavaliers brandissent de longues lances.
  • Traversée de la mer Rouge. Derrière Moïse et le peuple d’Israël, les hommes d’armes en haubert se préparent à traverser les flots.
  • Le Combat des Vices et des Vertus. Herrade traite ce sujet avec de forts nombreuses miniatures. Vices et vertus sont représentées sous la forme de femmes en armes. La plupart porte le haubert et l’écu, et brandit une lance. La lance était plutôt une arme d’assaut que de jet. Nous présentons le dessin, où apparaît la colère armée d’un arc !

 

Les armes des chevaliers dans l’ Hortus Deliciarum
Les armes des chevaliers dans l’ Hortus Deliciarum
Les armes des chevaliers dans l’ Hortus Deliciarum

Sources

  • G. Demay, Le costume de guerre et d’apparat d’après les sceaux du Moyen Age, 1875
  • J.F Fino, Armes et Armées du Moyen Age, 1979

Pour les miniatures de l’Hortus, nous avons utilisé des détails extraits des reproductions de madame Tisserant-Maurer. Nous invitons toutes les personnes intéressées par l’Hortus à se reporter à cet ouvrage exceptionnel.

Retrouvez l' Hortus Deliciarum dans nos nombreux articles ( cliquez sur le lien )

Combat des Vices et des Vertus

Combat des Vices et des Vertus

Commenter cet article

claire 18/07/2015 10:13

Très pointu ! Herrade douée pour le dessin et belle imagination !

PiP 18/07/2015 12:43

Bien documentée, surtout !