Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Une borie à Obernai !

14 Février 2016 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #petits riens

Nos amis provençaux ont dévoyé le terme de ‘borie’ pour désigner les petites constructions de pierres rondes, perdues dans leurs arides montagnes. En fait, une ‘borie’ en occitan, c’est tout bonnement une ferme, et rien d’autre. C’est dans ce sens que le terme reste employé dans le sud-ouest de la France. Mais, vous connaissez les Provençaux !
En Provence, le terme occitan a été détourné de son sens premier : il désigne une cabane, une grange, un grenier ou même une petite habitation en pierre, isolée du village. Cette appellation est récente : elle ne date que du XIXème siècle. Au moment où des chercheurs, plus ou moins parisiens, se sont intéressés à ces humbles constructions. Alors, acceptons ce terme.
Et bien, sachez-le…. nous avons une borie, à Obernai !

Abri de pierre sèche, Mont National, Obernai
Abri de pierre sèche, Mont National, Obernai
Abri de pierre sèche, Mont National, Obernai

Abri de pierre sèche, Mont National, Obernai

L’ abri de vigne sur le Mont National

Par chez nous, les cabanons de vigne sont le plus souvent de simples abris, de construction récente, où les viticulteurs entreposent leur matériel lors des travaux et des vendanges. Pourtant, voilà une trentaine d’années, lors d’une opération de nettoyage et débroussaillage, sur le versant est du Mont National, fut mis à jour un abri singulier.
La 'borie' d' Obernai, avant restauration.Rotonde, voûte en cul de four, demi enterré, l’édifice n’est pas commun dans nos régions.
La pierre utilisée est le calcaire qui affleure à cet endroit du Mont. Les dalles sont posées en encorbellement sans mortier. Le fait que notre abri soit placé à flanc de colline accentue son intégration au paysage. La porte et une petite fenêtre sont en excellent état.

Monsieur Jacques Preiss a étudié et fouillé les lieux. Il se prononce pour une construction datant de la fin du XVIIème siècle. Voici deux des schémas publiés alors par J. Preiss.

La 'borie' d' Obernai, avant restauration.Les appellations diverses des ‘bories’

En fait, les cabanes de pierres sèches sont légions et connues dans moult régions de France et d’ailleurs. Voici les dénominations vernaculaires suivant l’endroit.

  • En Provence : cabanon, agachon, aiguier, chabot, jas ou grangeon.
  • En Languedoc : capitelle, cortal, carabelle
  • En Midi Pyrénées : caselle, gariotte, cabane d’orri, cortal
  • En Périgord : chabano

Remontons vers des régions moins arides…
Dans les monts du Lyonnais, on trouve des cabornes, des chabottes en Côte d’Or, des tonnes dans le Puy de Dôme et des chibottes en Haute-Loire.
En Bourgogne, ce sont des cabordes. Témoin la magnifique caborde située à Besançon, chemin de l’œillet, juste au dessus de chez mes amis Marianne & Gérard.Jugez par vous-même!
La 'borie' d' Obernai, avant restauration.
Et puis la France n’aurait pas l’exclusivité de ces humbles constructions, voici le noms des ‘bories’ hors de France, selon Wikipedia : Beehive hut (comté de Kerry) - Clochán (Irlande) - Girna (Malte) - Hiska (Slovénie) - Mantarak (Palestine) - Pineta (Sardaigne, Italie) - Scele ou Crot (Suisse) - Trullo (Valle d’Itria, Italie) - Tazota (Maroc) - Mitato (Crète)

Sources

  • Jacques Preiss, Une construction de pierre sèche, dans le vignoble d’Obernai, SHADBO, 1986

L’article de Monsieur Preiss est fort complet et mérite votre attention.
( SHADBO : pour annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Dambach, Barr et Obernai)

La 'borie' d' Obernai, avant restauration.

Voûte de la 'borie ' d'Obernai

Illustrations

  • Photographies, BrR
  • Relevés des lieux, Jacques Preiss

 

La 'borie' d' Obernai, avant restauration. Photo publiée dans l'annuaire SHADBO 1986.

La 'borie' d' Obernai, avant restauration. Photo publiée dans l'annuaire SHADBO 1986.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Claire 06/04/2016 11:19

Notre Amandine a une borie dans son jardin...

Guibaud 02/03/2016 14:54

J'adore votre expression de "chercheurs plus ou moins parisiens" ! ...
Et j'ai toujours autant de plaisir à lire vos articles ...
Un émigré alsacien en Haute-Savoie