Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Escapade lorraine chez Saint Gondelbert

19 Septembre 2016 , Rédigé par PiP vélodidacte

Voilà un prénom peu porté de nos jours ! Et qui se souvient de ce saint ? Qu’a-t-il fait et où ? Fort heureusement, nos pas nous ont menés à la Grande-Fosse, proche de Saales et voici, après quelques recherches, la réponse à ces questions.

Gondelbert était un saint homme

Escapade lorraine chez Saint GondelbertNos fidèles lecteurs se souviennent peut-être de l’article que nous avions consacré l’an passé à l’abbaye de Moyenmoutier. Nous y avions déjà croisé Gondelbert ! Souvenez vous. Le VIIème siècle voit la création sur les flancs lorrains des Vosges de plusieurs abbayes :

  • ~640 - Gondelbert fonde l’abbaye de Senones
  • ~660 - L’évêque Bodon fonde l’abbaye d’Etival
  • ~660 - Le même Bodon fonde Bonmoutier, qui était située sur la commune de Val et Châtillon
  • ~670 - Fondation de l’abbaye de Saint Dié par Déodat
  • ~670 – Fondation de l’abbaye de Moyenmoutier par Hidulphe

Gondelbert serait donc le premier de ces saints hommes, qui vint fonder une abbaye dans la vallée du Rabodeau.
Gondelbert aurait été formé à Luxeuil dans la tradition de Colomban, ce pasteur irlandais venu évangéliser nos contrées.
Voici ce que nous dit le moine Richer de Senones, de son arrivée à Senones.

‘ En cette vallée que le vénérable Gondebert entra le premier y avait un lieu inhabitable où les hommes n’avaient aucun accès pour y fréquenter, là il commença à bâtir et préparer résidence et petit réceptacle pour tous ceux qui voudraient vaquer à oraisons.’

Richer de Senones, Chroniques

Notre bon Richer avait une excellente imagination et un langage fleuri.
Retrouvons la même histoire avec quelques mots de Jean Ruyr

‘ Mais lui que ne touchait la terre et les hommes d’icelle que du pied tant seulement ; considérant les dissensions et tumultes sanguinaires suscités en France sous les règnes de Chilpéric et Clotaire, par les machinations de Frédégonde et Brunenchilde, ou selon l’opinion d’autres à l’occasion des guerres inhumainement sanglantes menées entre les rois Théodoric et Théodobert, qui dissipaient et portaient à néant tout ce démolument spirituel que ce prélat apportait à la vigne de notre seigneur, va icelui résoudre en fuyant les grandeurs terriennes et choisir plutôt, d’être inconnu au monde pour militer plus librement de doucement a la contemplation de la Monarchie céleste. …. Il parvint en cette partie de la Vosge non encore habitée, ayant passé la rivière de Meurthe et pénétrant les vallées plus affreuses, le long d’un petit fleuve qu’on nomme Rapin, le voilà arrivé en un lieu de tout remot de la concertation des hommes, où depuis, il commença à bâtir ainsi que nous le dirons après.’

Jean Ruyr, L’histoire de la Vosge

En fait, dans ces temps lointains, les textes sont souvent tardifs et les personnages rencontrés sont plus des figures de légende que des personnages historiques. Et les dates varient d’une abbaye à l’autre, chacune voulant être la plus ancienne.
Cependant, Gondelbert est qualifié de ‘senonis papae’ dans un diplôme accordé par Childéric II … et cette phrase, mal traduite, en fait souvent un évêque de Sens, alors, qu’il n’était vraisemblablement que le ‘pasteur de Senones’.
Voici un extrait dudit diplôme, cité par Don Calmet, dans son Histoire de la Lorraine.

‘Ce prince accorde à Gundebert, évêque et abbé du monastère construit dans le Chaumontois dans la Vosge, sur le ruisseau Rabodo, où il y a un grand nombre de moines, l’exemption de tout ce qu’il possède dans le Chaumontois , dans le Saintois, et dans le Saulnois’.

Diplôme octroyé par Childéric II (~670)

Diplôme renouvelé par Othon III en 949.

Escapade lorraine chez Saint Gondelbert

Gondelbert serait donc le constructeur de la première église de Senones. A la fin de sa vie, Gondelbert se serait retiré à Moyenvic, où il reposerait, selon Don Calmet. Une autre tradition dit que le saint homme aurait préféré finir sa vie dans un ermitage dans la forêt vosgienne, non loin de Grande-Fosse.

La légende de Gondelbert

Si les textes ne nous apprennent que peu de choses, la tradition populaire nous en dit un peu plus.
Grande Fosse est un petit village situé non loin de Saales. C’est là que Gondelbert aurait vécu la fin de sa vie dans un ermitage. Le nom du village provient de ‘Grangia Fossa’, le lieu était parsemé de granges où on conservait les céréales. Dés les temps les plus anciens, les habitants des lieux demandaient aux Dieux de protéger leur réserves du pourrissement. Il semble que localement, Gondelbert ait pris la succession des Dieux anciens, et que l’on se soit tourné vers lui pour obtenir sa protection et l’abondance. Abondance, prospérité, mais aussi fertilité ! Dans tous les sens du terme, aussi, prier Saint Gondelbert permettait-il de réveiller les ardeurs de son conjoint !
Plus tard et de fait, les fêtes de Saint Gondelbert à la Grande-Fosse prirent parfois un côté tapageur, voire un rien licencieux. Les autorités religieuses durent intervenir en 1840 pour calmer certains paroissiens.

Où retrouver notre ami Gondelbert ?

Escapade lorraine chez Saint GondelbertIl vous faut, bien entendu, commencer par Senones pour admirer l’église abbatiale. Mais c’est à Grande-Fosse que vous trouverez le plus de souvenirs de Gondelbert.

  • L’église paroissiale de Grande-Fosse

Située au centre du village, l’église, récente puisqu’elle date de 1784, voulait suppléer l’humble chapelle de Bonne-Fontaine, devenue trop petite pour accueillir les pèlerins. L’église s’enorgueillit des trois cloches qui sonnent les évènements du village.

  • La chapelle de Bonne-Fontaine

Escapade lorraine chez Saint GondelbertTout au fond du vallon, une humble chapelle est dédiée à Gondelbert. Aujourd’hui délaissée, abandonnée, elle a pris la place de l’édifice du moyen âge qui aurait été la sépulture de Gondelbert, selon certains.
Un pèlerinage fort actif a perduré au travers des âges. L’eau de la fontaine avait des vertus médicinales. L’eau était chauffée avec un feu de feuilles de sureau dans un établissement de bains. Les pèlerins pouvaient s’y baigner dans de grandes cuves et repartir guéris.
La chapelle médiévale a disparu à la suite d’un orage et d’une coulée de boue en 1784.
L’édifice actuel comporte bien un bassin, mais l’eau ne coule plus. Quel dommage !

  • La chapelle de Provenchères sur Save

Perdue au bord de la forêt, au dessus de Provenchères, plus proche de la Petite-Fosse, le promeneur trouvera une petite chapelle, en fort bon état. C’est la dernière de nos chapelles qui rappellent Gondelbert, la plus perdue, la plus sylvestre. La plus humble, c’est sans doute celle que choisirait Gondelbert aujourd’hui !


Bonne promenade !Escapade lorraine chez Saint Gondelbert

Sources

  • Richer de Senones, Chroniques, 1250
  • Jean Ruyr, L’histoire de la Vosge, 1634
  • Don Calmet, Histoire de la Lorraine, 1750

Illustrations

  • Photographies, JMB et Internet
  • Plan de situation, PiP

Merci Angèle pour cette belle promenade !

 

L' Eglise Saint Gondelbert à Grande-Fosse

L' Eglise Saint Gondelbert à Grande-Fosse

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article