Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

L’assaut du château de Waldsberg

29 Janvier 2013 , Rédigé par PiP, vélodidacte Publié dans #chateau

Le Château de Waldsberg est aujourd’hui appelé : 'Hagelschloss'. Cette ruine sauvage et oubliée, sise à l’extrémité nord du Mur Païen, est des plus attachantes du Mont Sainte Odile. Le burg subit en 1406 un siège, suivi d’une fin violente. En voici l’histoire.

Le chevalier Walther Erb est le maître du château, qu’il possède par moitié avec la famille de Rathsamhausen. La forteresse est réputée imprenable. Sa famille est en conflit depuis de longues années avec la Ville de Strasbourg et les Zorn. L’empereur Charles IV a essayé de régler le différent sans succès. En 1381, Hans Erb, père de Walther, est assassiné dans une auberge d’Illkirch. C’est dire que la querelle entre la Ville et les Erb n’est pas des moindres.

Pour régler le conflit, une médiation est proposée à Obernai, un peu après Pâques, en l’année 1406. Les députés strasbourgeois se mettent tranquillement en route vers Obernai. Parmi eux, les frères Mülnheim et Hans Sturm, un officier de la Ville. En chemin, ils sont attaqués dans une embuscade par la troupe de Walther Erb. Son coup de mains accompli, Walther se replie dans son château avec ses otages. Seul Lütholff de Mülnheim, blessé, est libéré sur parole.

La Ville de Strasbourg prend très mal la chose et envoie son armée faire le siège du Waldsberg. Les chroniques nous précisent que les Strasbourgeois étaient armés d’arbalètes et de machines de guerre. Le siège ne durera que huit jours. Le burg est pris d’assaut, pillé et même rasé pour l’exemple. Les prisonniers sont libérés sans dommage.

On peut se montrer surpris de la faible résistance d’une telle forteresse, qui d’après les textes, était amplement munie de vivres et semblait inexpugnable. Deux explications.

  • La garnison était composée de quatre hommes ! Quatre contre une armée ! Nous sommes en 1406, l’intérêt des puissants pour leur châteaux de montagne avait déjà fortement baissé, ils préféraient les châteaux de plaine, comme les Landsberg à Niedernai, ou bien les villes comme Obernai. Les burgs retirés des Vosges n’avaient qu’une faible garnison en temps de paix. Les troupes strasbourgeoises n’ont pas eu à vaincre une forte résistance.
  • L’opposition a été d’autant plus faible que le chevalier Walther n’était pas au Waldsberg. Sans doute occupé à lever des hommes pour se défendre, il n’a pas eu le temps de rejoindre son château. La garnison n’avait pas de chef décidé. C’est sans doute la raison principale de sa chute rapide.

Les années suivantes, Walther continuera à lutter sans succès contre la Ville de Strasbourg, puis nous perdons sa trace après 1425. Les grands perdants de cette histoire sont les chevaliers de Rathsamhausen qui ont vu leur moitié de château rasée, alors qu’ils n’étaient en rien concernés par cette histoire.

 

Im Jahr 1406 hatte Walther Erb ein Ritters Sohn Spän mit den von Straszburg, da hatten die von Obern-Ehenheim wegen ihnen einen Tag angesetzt und die von Straszburg auch darzu erbetten. Dahin zogen Herr Heinrich von Mühlheim dem man Landsberg spricht, Ritter und Lutholff von Mülnheim auch Ritter und sein Sohn , und Hans Sturm der Lohnherr . Auf diese hielt Walther Erb, ohne widersagt zu haben, und fieng die Herren Heinrich und Lutholff von Müllenheim die alten. Doch musste Herr Lutholff schwören, auf Erforderung sich wieder einzustellen, denn er sehr verwundet war. Den von Müllenheim und andere führte Erb auf die Burg und feste Waldesburg bei Niedermünster. Da das die von Strassburg erfuhren, zogen sie aus, mit Gewalt, mit Büchsen und Werken, und zogen vor Waldesburg, und gewannen die Feste in 8 tagen mit Sturm; und hätten sich die in der Feste gewehrt, man hätte sie in Jahr und Tag nicht genommen, den sie war überaus fest, auch Pruviant genug darin war. Es war aber Walther Etb nicht darauf, die Gefangenen wurden loss; die Feste gehörte halb dem von Rathsamhausen, und war die beste Festung im Lande : sie wurde geplündert und auf den Boden geschleitl, dem Walther Erbe zu leid.

Chronique de Koenigshoven, XVième siècle, citée par Specklin

Chronique de Koenigshoven

Les ruines du Waldsberg, aujourd’hui appelé Hagelschloss

Le burg n’a pas été reconstruit. Alors, longtemps le Waldsberg a été oublié, puis les ruines ont pris le nom de Hagelschloss. Le ‘Château de la grêle’ ont cru certains, mais il semble plutôt que ce nom provienne de ‘Halde’, qui indique le versant d’une montagne, ainsi que l’indique J. Gyss. c'est le nom que portait alors le vallon dominé par les ruines.

Le château semble perdu dans une nature généreuse, loin de tout. La végétation recouvre le site et lui donne un aspect romantique que le promeneur appréciera. L’accès direct se fait à partir de la maison forestière de Vorbrück, au dessus de Klingenthal. La montée est courte mais rude ! Nous lui préférerons le chemin qui longe le Mur Païen à partir de Sainte Odile, il permet de découvrir la porte Koeberle et offre de belles vues sur les ruines des Dreistein, les châteaux voisins.

Les ruines sont escarpées et ne comportant pas de chemin tracé, il convient de surveiller les enfants.

L’analyse des ruines se révèle difficile, vus le délabrement et la végétation.

Nous vous proposons un schéma simplifié de l'ensemble du site.
On distingue deux parties, séparées par un profond fossé. Les deuxièmes fortifications sont-elles un poste avancé du burg, côté montagne, ou bien les vestiges d’un siège durant le Grand Interrègne, comme au Dreistein ? Nous laisserons les spécialistes se prononcer.

Sur l’ensemble du site, vous trouverez de nombreuses pierres présentant des encoches en queue d’aronde. Les bâtisseurs du burg se sont servis du Mur Païen, tout proche, comme d’une carrière de pierres. C’est en parcourant les fossés, encombrés de pierres tombées des murs, que vous aurez la meilleure vue sur la forteresse, qui devait être fort imposante.

L’élément qui retiendra votre attention est la grande arche de décharge, souvent surnommée ‘l’arche du diable’. Cet élément architectural de plus de six mètres de portée est unique. Il était autrefois la base d’une des murailles du château. Au début du siècle dernier, une bonne partie était encore en place. L’aquarelle d’ Imlin en témoigne. Aujourd’hui, cet arc surprend et fascine toujours par sa hardiesse.

Les photos qui illustrent le texte montrent combien les rares murailles encore en place sont chancelantes. Une campagne de consolidation est urgente si on veut pas perdre totalement le château de Waldsberg. De plus, le site n'a jamais fait l'objet de fouilles sérieuses. Gageons qu'une campagne apporterait des résultats des plus intéressants.

 

 

 

Il est temps de sauver le Hagelschloss.

 

 

Illustrations

  • Clé, trouvée au Hagelschloss, source : annuaire SHADO 2006
  • Assaut à l’arbalète, Felix Philippoteaux, Histoire de l’armée, 1850
  • Denier à l’ange, trouvé au Hagelschloss, source : annuaire SHADO 2006
  • Carte postale (~1910 )
  • Hagelschloss, une ruine en sous-bois
  • Aquarelle d’Imlin, 1818
  • Arche du Hagelschloss

 

L'Arche du Diable

L'Arche du Diable

Le château de Waldsberg par les dates

1200 -  Période du Petit Interrègne. Les Hohenstaufen renforcent le système de défense du Mont Sainte Odile. Le Lützelburg, à Ottrott, est l’objet d’une vaste campagne de travaux, le Stein également. Au sud du Mont, le chantier du Landsberg est lancé. Il est vraisemblable que c’est alors qu’apparaît le château de Waldsberg, à l’autre extrémité du Mur Païen.

1256 - Rüdiger von Waldsberg est signataire d’un acte de vente concernant Niedermunster. C’est le premier texte attestant cette famille près de Sainte Odile. Rüdiger était vraisemblablement le seigneur du Waldsberg.

1359 - Engagement du château de Waldsberg à l’évêque de Strasbourg Jean de Lichtenberg pour 200 florins. Les Murnhart et les Beger possèdent alors le château.

1377 - Paix castrale du château de Waldsberg, signée par Ludwig von Amoltern. Les membres de cette famille sont alors également châtelains de l’Ortenberg et du Bilstein.

~1400 - Le château est en partage entre les Rathsamhausen et les Erb.

1405-6 - Siège et destruction du château de Waldsberg tenu par les Erb, par les troupes de la Ville de Strasbourg. Le burg ne sera jamais relevé.

1434 - Lettre d’investiture par l’empereur Sigismond en faveur des Beger concernant le Kagenfels et la moitié du Waldsberg.

1442 - Lettre d’investiture par l’empereur Frédéric IV en faveur des Rathsamhausen concernant Dreistein, Lützelburg à Ottrott, et Waldsberg.

A partir de 1406, ce type de documents sera fréquemment et régulièrement reconduit. Les ruines et les propriétés attenantes seront alors partagées entre les familles de Rathsamhausen et Beger, toutes deux amplement possessionnées sur le Mont-Sainte- Odile.

Sources

  • J. Gyss, Histoire de la ville d’Obernai, 1866
  • B. Metz, Stations de l’histoire du château de Waldsberg, Revue du CRAMS, 2000

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gilles 07/04/2013 13:36

Il est effectivement temps de sauver ce qui peut encore l'être ! Mais à qui appartient-il ?

PiP 16/03/2015 13:20

Ma réponse de septembre 2013 est erronée.
Ottrott, Dreistein et Hagelschloss sont propriétés privées.
Kagenfels et Birkenfels sont dans la forêt de la Ville d'Obernai.
Landsberg est à la famille de Türckheim.

PiP 09/04/2013 21:38

Je ne sais pas au juste. Il semble que les Ottrott, le Dreistein et le Kagenfels soient dans une forêt privée qui appartienne à la même famille.
Mais, pour le Hagelschloss, je ne suis sur de rien.Il faudrait chercher. Le Livre Fonsier répond à ce genre de question.

François 30/01/2013 21:32

Un bel article!
Le chateau et son arche sont vraiment imposants, juchés sur leurs rochers... Dommage qu'ils tombent en ruine.

PiP 09/04/2013 21:41

Une campagne de fouilles serait des plus prometteuses. Le site est oublié à ce jour et doit receler de nombreuses révélations sur son passé !