Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Sourions avec l’Hortus Deliciarum

18 Mars 2013 , Rédigé par PiP, vélodidacte Publié dans #petits riens

 

Dans l’ Hortus Deliciarum de l’abbesse Herrade figure ce dessin curieux. Une dame couronnée quitte une ville ornée de coupoles rondes. Montée en amazone sur un cheval pommelé, elle est accompagnée de trois hommes richement vêtus. Derrière elle, poussé par un valet, un chameau porte un coffre qui semble contenir des trésors.

Hortus Deliciarum, Herrade de Landsberg

Hortus Deliciarum, Herrade de Landsberg

Le texte latin qui légende le dessin commence par ces mots ‘ Sibilla regina austri ecclesia genti…’

Le lecteur est surpris.
Une reine Sybille ? Ne serait-ce pas cette Reine de Sicile séquestrée par Henri VI de Hohenstaufen dans le couvent du Mont-Sainte-Odile? Herrade aurait représenté dans l’Hortus une scène contemporaine. Etonnant !
Puis le regard s’arrête sur le chameau. Et nous voilà revenus plusieurs siècles en arrière.
La légende de l’arrivée de la Croix de Niedermunster ne nous disait-elle pas qu’un chameau avait porté cette immense croix reliquaire. De plus, la coupole cernée de deux tours n’est pas sans point commun avec l’Abbaye du Bas. Bref, l’image de l’Hortus surprend et déroute : tout dans la composition ramène à Hohenburg et à Niedermunster, les deux couvents du Mont-Sainte-Odile.

Pourtant, la lecture complète des quelques mots qui accompagnent la miniature nous ouvre les yeux… ‘Sibilla regina désigne la Reine de Saba. Elle part rencontrer le Roi Salomon entourée d’une cour nombreuse chargée de présents. Herrade a fait illustrer par ses moniales cet épisode de l’Ancien Testament.

La reine de Saba apprit la renommée de Salomon et vint éprouver celui-ci par des énigmes.
Elle arriva à Jérusalem avec une suite très imposante, des chameaux chargés d'aromates, d'or en énorme quantité et de pierres précieuses. Arrivée chez Salomon, elle lui parla de tout ce qui lui tenait à cœur.

Premier Livre de Rois, chapitre 10, versets 1 & 2

Reconnaissons-le, nous sommes un rien déçus par cette explication pourtant bien naturelle et tellement rationnelle. Malgré tout, nous préférerons voir dans ce dessin le clin d’œil malicieux d’ Herrade à notre encontre. En 1195, la reine Sybille de Sicile était bel et bien dans ses murs, à Hohenburg, si proche de Niedermunster.

 

Retrouvez d'autres articles consacrés à l' Hortus Deliciarum ( Cliquez sur le lien )

 

Commenter cet article