Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach

22 Mars 2014 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #personnage

Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach‘Rudolf, un des hommes les plus puissants de sa lignée.’ nous dit Kindler von Knobloch, l’historien des Hohenstein. Rodolphe était à coup sûr un homme décidé ! Voici l’histoire de ses démêlés avec l’évêque Berthold qui n’était pas un enfant de chœur. C’était en 1337.

L’évêque Berthold

La nomination de Berthold de Bucheck à l’évêché de Strasbourg ne se fit pas sans problème. Candidat du Pape Jean XXII, il se trouve face au candidat du Grand Chapitre le prévôt Gebhard de Fribourg. Berthold est l’ancien Commandeur de l’Ordre des Chevaliers Teutoniques, un homme à poigne. Il fait son entrée dans Strasbourg en décembre 1328 à la tête des six cents Chevaliers Teutoniques. Cette démonstration de force n’est guère appréciée deRodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach la Ville, des nobles alsaciens et du clergé strasbourgeois. Ses premières décisions consistent à augmenter fortement les taxes, son impopularité est alors à son comble. Homme du guerre, son action contre les nobles est multiple, on voit ses troupes devant Landau, Benfeld, Colmar, Erstein, Schwanau…
A la mort de Gebhard, la lutte pour le poste de prévôt envenime encore la situation. C’est à cette occasion qu’a lieu le rapt et la captivité de Berthold.
Voici le récit que fait Kindler von Knobloch.

A la mort du doyen de la cathédrale de Strasbourg Gebhard (31 mai 1337) il y eut conflit pour cette charge entre Johan de Lichtenberg et Ulrich de Signau, le neveu de l’évêque Berthold. Celui-ci désigna son neveu contre le Lichtenberg. Comme Conrad de Kirkel, Nicolaus de Kagenfels, doyen de Saint Pierre de Strasbourg et d’autres encore avaient décidé d’attiser la haine contre l’évêque, le 10 septembre, Rudolf de Hohenstein, accompagné de plusieurs hommes de Conrad de Kirkel et de Johan de Lichtenberg attaqua l’évêque dans sa demeure de Haslach et l’emmena au château de Waldeck, puis plus tard au château de Kirkel, où l’évêque fut gardé sévèrement mais honorablement. Quand le pape Benedict XII apprit ces faits, il nomma l’évêque de Bâle Johan administrateur de l’évêché de Strasbourg et ordonna que l’on punisse sévèrement les coupables .

Kindler von Knobloch, Die Herren von Hohenstein

Ces faits se retrouvent, à quelques détails près, dans les chroniques de Koenigshoven et de Herzog.

L’enlèvement et la captivité de l’évêque Berthold de Bucheck

Haslach et son pèlerinage de Saint Florent est un lieu de résidence apprécié des évêques de Strasbourg. Ils y trouvent le calme, loin de la Ville. Pourtant, on ne peut pas dire que Berthold ait effectué un choix bien judicieux en choisissant cette villégiature. Au dessus de la Hasel se dresse le château familial des Hohenstein. Et, Rodolphe de Hohenstein est lié au Grand Chapitre, dont quatre membres de sa famille ont été les vidames. Sur l’instigation de Conrad de Kirkel et de Johan de Lichtenberg, il lui sera facile, lui qui connaît bien les lieux de s’assurer de la personne de l’évêque. La proximité facilitera l’enlèvement, et Rodolphe doit jouir de complicités à Haslach, son frère Heinrich n’est-il pas ‘cantor’ à la collégiale d’Haslach ? Selon, Herzog, l’enlèvement eut lieu de nuit, et Berthold fut placé ‘in grosser Hut’, sous bonne garde…
Une fois le rapt accompli, l’évêque est éloigné de Strasbourg, d’abord à Waldeck puis au château de Kirkel, tous deux possessions de cette famille. Berthold fut emprisonné durant seize semaines !
Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à HaslachSeize semaines de négociations difficiles entre Conrad de Kirkel et le pape. Selon Herzog, Benedict XII était représenté par Rodolphe d’Andlau. Le duc d’Autriche Albrecht serait également intervenu en mettant le siège devant Neuweiler, alors aux Lichtenberg. Conrad de Kirkel exige pour la libération de Berthold 1500 marcs d’argent et la nomination de Johan de Lichtenberg à la charge de Doyen du Chapitre ! Il semble que Conrad ait obtenu gain de cause, sans doute simple conséquence de la lassitude naturelle de l’évêque après seize semaines de relégation dans les geôles d’un burg mosellan.

La vengeance de Berthold de Bucheck

Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à HaslachSitôt rentré de sa captivité, Berthold songe à se venger. Ce ne sera pas les Kirkel, trop puissants, aux châteaux trop lointains, mais les Hohenstein qui subiront les foudres de l’ancien Commandeur des Chevaliers Teutoniques. L’auteur du rapt de Haslach sera puni sur ses terres ! Voici ce qu’en dit Koenigshoven.
Do men zahlte 1334 ior, do belag bischof Bechtold von Strasburg die burg Hohenstein und zerbrach sü in den grunt abe. Uñ wart do noch nüt wieder gebuwen’
La date semble hasardeuse, mais le siège et la destruction complète du château familial sont bien réels. Une visite sur le site suffit pour comprendre que la forteresse fut, bel et bien, rasée. De nombreux boulets de pierres seront retrouvés sur place, témoins de la violence de l’attaque. Plusieurs ornent la façade de la maison forestière, devenue restaurant (fort sympathique) au pied du burg.
Rodolphe ne devait pas se trouver sur place. Il fit, plusieurs années plus tard, une action contre l’évêque en cour de justice de Rotweil, et obtint un dédommagement pécuniaire de 300 marcs d’argent pour la perte de son château. Néanmoins, le vieux burg ne sera pas reconstruit.

Les suites du conflit

Cet épisode ne semble pas avoir particulièrement touché Rodolphe qui continue sa vie de chevalier de l’époque. Ses relations avec l’empereur Charles IV semblent excellentes. Celui-ci lui donne, ainsi qu’à son frère Dietrich, des droits sur Griesheim en 1347, puis sur Trüchtersheim, enfin en 1349 sur Lupstein et Lüttenheim.
Par contre, Rodolphe et Dietrich sont en conflits continuels avec les Villes : Haguenau, 1352, puis Strasbourg, 1356. Enfin, on retrouve les deux frères Hohenstein avec les Rathsamhausen en lutte contre Sélestat en 1371. Rodolphe meurt en 1374.
L’évêque Berthold continue sa carrière troublée. L’année 1349 verra la Peste Noire faucher un tiers de la population alsacienne, et le massacre des juifs lors de la Saint Valentin. Berthold, très endetté auprès d’eux, fut un des instigateurs du pogrom, où plusieurs centaines de juifs furent brûlés vifs à Strasbourg.
Berthold fit fortifier les villes de Boersch, de Dambach et de Kaysersberg.  Il meurt à Molsheim en 1353.

La famille de Hohenstein autour du Mont-Sainte-Odile

Kindler von Knobloch a dressé un arbre généalogique des Hohenstein. Celui-ci compte 57 membres. La famille apparaît au début du XIIIème siècle pour s’éteindre en 1546 à la mort de Georges de Hohenstein.
Nous vous proposons un extrait de cet arbre. En rouge, notre Rodolphe. En bleu, les membres de la famille déjà nommés sur notre site.
Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach
Nous avons déjà rencontré plusieurs membres de cette famille. (cliquez sur le lien)

Au gré des conflits de l’époque et de leurs alliances, les Hohenstein disposent de plusieurs places fortes. Outre Hohenstein, Kagenfels et Guirbaden, déjà cités, on les trouve aux châteaux de Frankenbourg, Géroldeck, Greifenstein, Herrenstein, Hoheneck, Haut Koenigsbourg, Lützelbourg, Rathsamhausen, Schirmeck et Bergbieten. Ils sont alliés à plusieurs familles du Mont : les Landsberg, les Rathsamhausen.Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach

Les deux derniers rejetons de la lignée : Anton et Georges de Hohenstein

Terminons cet article par deux anecdotes qui concernent Anton et Georges, deux cousins qui seront les derniers Hohenstein. Nous verrons que les seigneurs comme Anton étaient peu chevaleresques mais qu’ils savaient, comme Georges, s’amuser.
La Chronique de Materne Berler nous raconte une curieuse histoire. Nous sommes en 1455 et Michel Wirmins se marie à Colmar avec une fille de Brisach. Pour ce faire, il part à la rencontre de sa fiancée sur la route de Châtenois (?) à la tête d’une troupe qui compte soixante chevaux, nous dit Materne. Bigre ! Les temps étaient troublés et Michel était méfiant. A leur retour, la noce est agressée par Anton de Hohenstein et quatre vingt cavaliers en armes ! L’attaque a lieu à Sundhoffen. Materne nous dit qu’il y eut de nombreux morts et blessés, et que le marié lui-même fut gravement touché. Anton emmène alors ses prisonniers à Marckolsheim… L’affaire fit grand bruit et réclama l’intervention de l’évêque, du duc d’Autriche et du Comte Palatin. Les prisonniers furent enfin libérés, mais Materne en nous dit pas ce qu’il advint d’Anton ! Attaquer une noce !
Anton de Hohenstein était alors vidame de l’évêché de Strasbourg. J. Gyss nous parle positivement de son action à Stotzheim lors de la Guerre de Bourgogne en 1454.

Une chronique manuscrite, qui appartint à Imlin et Heiss, puis fut par la suite à la Bibliothèque Impériale Universitaire de Strasbourg, nous rapporte une farce joyeuse de Georges de Hohenstein. Voici le texte rapporté par Kindler von Knobloch.

‘En l’an 1529, le lundi qui suivit l’Ascension de la Vierge, le 16 août, un noble appelé Jörg von Hohenstein a parié un foudre de vin à une société de vingt quatre nobles et bourgeois de Strasbourg. Le pari était le suivant : ils devaient l’emmener à Strasbourg à partir de Bergbieten en une journée, et ce, de leurs propres forces. En cas d’échec, alors ils lui donneraient douze guinées. Alors, le jour même, ils l’ont chargé sur une charrette, et deux par deux, l’un à côté de l’autre ils l’ont tiré à l’aide d’une corde, si bien que déjà à trois heures, ils étaient à Strasbourg. Et par les chaleurs de ce jour, c’était une belle performance !
Les nobles qui ont tirés étaient : Jacob Hissel, Jacob Bock, Dietrichs von Landsberg, Wolff Erle, Adolff Erle, Wolff Zorn, Jörg Blicker, Ostwaldt von Baden.
Les bourgeois : Conradt Meyer, Lurs Messinger, Martin Hug, Hans Hag, Clauss Hag, Moritz Pfaff, Hans Holinger, Blessenhans, Michel Hentz, Jörg Christman, Carlo Stoffler, Zeneinger dem Drucker, Matheys Landvogt, Matheys Gerbott, Fassimus Gissbrecht Goltschmidt, Veltin uff unser Frauwn hauss der für man.’

Kindler von Knobloch, die Herren von Hohenstein

L’histoire ne dit pas qui but le foudre de vin. Georges fut le dernier des Hohenstein.

Sources

  • Jakob Twinger von Koenigshoven, Chroniques, 1419Rodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach
  • Materne Berler, Chroniques, 1550
  • Daniel Specklin, Collectanées, 1580
  • Bernhardt Herzog, Chroniques, 1592
  • Joseph Gyss, Histoire de la Ville d’Obernai, 1866
  • Kindler von Knobloch, die Herren von Hohenstein, 1884

L’essentiel des informations de notre article provient du livre de Knobloch.

  • F.E. Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres d’Alsace, 1909

Illustrations

  • Armes de Rodolphe de HohensteinRodolphe de Hohenstein enlève l’évêque Berthold de Bucheck à Haslach
  • Armes de l’évêque Berthold de Bucheck, publiées par B. Herzog
  • Plan de situation des trois châteaux, PiP
  • Vestiges du château de Hohenstein, FrP
  • Extrait de l’arbre généalogique des Hohenstein proposé par Kindler von Knobloch, PiP
  • Sceaux des Hohenstein, publiés par Kindler von Knobloch
  • Les boulets du siège de 1337,PiP
  • Pierre tombale d’Anselm de Hohenstein, Unterhaslach, PiP
  • Panorama du Hohenstein, ElJ

 

Vue sur le Schneeberg, à partir des ruines de Hohenstein

Vue sur le Schneeberg, à partir des ruines de Hohenstein

Commenter cet article