Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Autour du Mont-Sainte-Odile

Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-Ville

21 Février 2015 , Rédigé par PiP vélodidacte Publié dans #petits riens

Vous vous promenez à Dambach-la-Ville. Tout naturellement, vous faites le tour des remparts de la bourgade nichée au cœur du vignoble. Et puis, voilà, ancrée dans l’arche, sous une des portes de la ville, vous vous trouvez face à cette plaque gravée.
Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-Ville
Voilà une belle occasion de réviser vos connaissances des lettrines gothiques. Retranscrit lettre à lettre, voici ce que vous pouvez déchiffrer :

‘Anno dni M
CCCXXIII XII
kal iulii huy opi
di fuit pois pmus
lapis’

Bigre ! ils n’ont pas mis toutes les lettres et ce n'est pas en français ! Qu’à cela ne tienne, vous pouvez, façon puzzle, compléter facilement le texte !

‘Anno domini MCCCXXIII
XII calendi Julii
Hujui oppidi fuit posi primus lapis’

Fichtre, çà se confirme, c’est écrit en latin !…. Bon, vous vous concentrez un minimum et voilà la traduction en français d’aujourd’hui :
‘En l’an 1323 du seigneur, le 12 des calendes de juillet, la première pierre de cette place forte fut posée.’
Bravo ! Vous venez de déchiffrer la formule qui décrit au mieux l’histoire de Dambach-la-Ville ! La pose de la première pierre des remparts de la ville.

Les remparts de l’évêque Berthold de Bucheck

Nous avons, par ailleurs, rencontré de nombreuses fois l’évêque de Strasbourg, Berthold. Très controversé à son élection, impliqué dans des affaires peu gratifiantes, emprisonné un temps par ses ouailles, revanchard, Berthold n’en a pas moins œuvré pour l’évêché de Strasbourg en agrandissant ses possessions et en fortifiant les villes qui en dépendaient. Voici de que nous dit la chronique de Koenigshoven des remparts de Dambach !

Er beszert ouch daz bistum sere mit buwe, wande bi sinen ziten wart Dambach umbemuret, daz vormals ouch ein dorf waz.

Chronique de Koenigshoven

C’est clair, Dambach n’était alors qu’un village sans fortifications…
Quelques années plus tard, Berthold fortifiait également Boersch, à deux pas du Mont-Sainte-Odile. Là aussi, une plaque fut posée par célébrer l’événement. Curieusement celle dernière était rédigée en allemand !

‘Als man zahlt 1328 jahr                                       Alors qu’on était en l’an 1328
Zum bischof erwählet war,                                    quand il fut nommé évêque
Bechtold von Bucheck hoch geacht                  le très respecté Bechtold von Bucheck
Hat Börsch das dorf zur stadt gemacht.’            a fait du village de Boersch une ville

Les portes fortifiées de Dambach
Les portes fortifiées de Dambach
Les portes fortifiées de Dambach
Les portes fortifiées de Dambach

Les portes fortifiées de Dambach

Le fait de posséder de remparts faisait d’un village une ville. Et Berthold, en ces temps troublés, voulait fortifier ses villes !

La chevauchée du Dauphin Louis et de ses écorcheurs, sous les murs de Dambach

Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-VillePlus d’un siècle plus tard, à l’automne 1444, le futur roi de France, Louis XI, dévaste l’Alsace à la tête d’une forte armée, et de bandes de brigands, les Ecorcheurs. Le 7 octobre, le Dauphin, âgé alors de 21 ans, participe à l’attaque des remparts de Dambach. La défense de la ville est longue et l’artillerie royale ouvre deux brèches dans les murs. Lors de l’assaut final, le Dauphin est cloué à sa selle par une flèche qui lui traverse le genou. Louis doit se retirer à Châtenois. Charles VII, informé et inquiet, presse son fils de rentrer en France.
La blessure est légère, mais Louis obéit à son père et, laissant sur place son armée, il installe ses garnisons dans les villes occupées. Les Ecorcheurs resteront en Alsace jusqu’en février 1445, mettant le pays à sac. Les remparts de Dambach ont jeté à terre les ambitions du Dauphin de France !

Balade à Dambach

Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-VilleLa promenade dans les ruelles de Dambach est des plus plaisantes : vieux puits, emblèmes des métiers, maisons à colombages, vues sur les trois portes fortifiées…. Dans le calme, loin des bruits et du tourisme tapageur. Les vignerons de Dambach sont accueillants et possèdent un terroir granitique intéressant. Goutez le Frankstein, Grand Cru !
Et puis, bien entendu, faites la visite à la chapelle Saint Sébastien et, pour les plus courageux, tentez la montée au château de Bernstein qui domine la ville.
Et puis croyez moi, allez aussi admirer la chapelle Sainte Marie, puis poussez dans la plaine jusqu’à Saint-Jean-Baptiste. Le petit édifice roman et son calvaire sont isolés, loin de tout, cernés de labours. Oubliés de tous, un endroit irréel, un moment intense.
Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-VilleMoi, je m’assieds, j’allume ma pipe. Je contemple les Vosges.

Sources

  • Jakob Twinger de Koenigshoven, Chroniques, 1419
  • Specklin, les Collectanées, Notule 1298, 1580
  • A. Tuetey, Les écorcheurs sous Charles VII, 1874

Illustrations

Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-VillePhotographies, PiP

 

Retrouvez l’évêque Berthold de Bucheck

Retrouvez le château de Bernstein

Cliquez sur le lien !

 

Révisons notre ‘gothik’ à Dambach-la-Ville

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Claire 26/02/2015 14:36

Très mignonne , cette petite chapelle Ste Marie...je t'imagine très bien avec ta pipe, contemplant le paysage...Encore un article bien sympa !